×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

L'étau se resserre autour de la RAM

Par L'Economiste | Edition N°:1491 Le 04/04/2003 | Partager

. La baisse la plus spectaculaire est celle du Moyen-Orient avec –79%Royal Air Maroc se retrouve à nouveau dans la tourmente. La compagnie connaît une crise qui rappelle le scénario de la deuxième guerre du Golf. Le transport aérien, qui est une industrie très vulnérable car liée à la conjoncture, connaît une nette baisse depuis le début des conflits. La RAM, et comme la plupart des transporteurs aériens, connaît elle aussi un net ralentissement de son activité. Un taux très élevé d'annulations de réservations est enregistré chaque jour sur l'ensemble des destinations, y compris la France, son principal marché. Ce pays, lui aussi, est en recul de 18,5%. Toute la destination Europe a baissé de 40,3% du 22 au 28 mars. Le trafic global, toutes destinations confondues, y compris le national a régressé de 32%. Le trafic international n'est pas en reste. Il accuse une régression de 28,5%. Le Moyen-Orient a aussi connu une chute libre de 79%. En effet, la compagnie a supprimé les destinations les plus importantes sur la région, notamment Casa-Riyad-Adu Dhabi. Contrairement à l'Europe, le marché africain affiche une progression de 23%. Ces résultats de trafic enregistrés durant la quatrième semaine du mois de mars (du 22 au 28) confirment le ralentissement d'activité prévu depuis le début de ce conflit, souligne un communiqué de la direction. A l'inverse de la crise du 11 septembre 2001, dont les effets étaient particulièrement ressentis sur le trafic charter, le conflit actuel a entraîné des baisses significatives sur le trafic régulier de la compagnie. A ces contraintes, s'ajoute une structure de coûts fixes rigide et pénalisante. Les variations négatives du trafic ou du chiffre d'affaires dégradent les résultats de la compagnie et menacent son équilibre économique. Le transporteur estime qu'il ne peut y avoir aucune comparaison avec 2001. «La saison dernière ayant été une année exceptionnelle ne saurait être prise comme base de comparaison«, souligne le communiqué. Suite à la capacité négative du trafic, la compagnie a procédé au réaménagement de ses programmes de vol. Les mesures prises concernent la diminution des fréquences, les délestages ou le regroupement de vols ainsi que les changements de modules avions. Hayat KARIM ALLAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc