×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Les programmes OFPPT

Par L'Economiste | Edition N°:2239 Le 22/03/2006 | Partager

Les filières offertes par l’Office de formation professionnelle concernent les gros œuvres, le bâtiment (maçonnerie, menuiserie, électricité, plomberie et peinture), le dessin et la topographie. Et quasiment rien pour les travaux publics. La capacité des établissements de l’Office tournait autour de 10.350 places en 2004. Le taux d’insertion des lauréats de ce secteur se chiffre à 60,12%. Les métiers de travaux publics, notamment la conduite et maintenance des engins, terrassements, travaux routiers, l’assainissement et le génie civil, ne sont pas compris dans ce cursus. Cette absence pénalise le secteur et accentue le sous-encadrement des entreprises. Les personnes qui effectuent actuellement ces travaux sont formées sur le tas. «Nous sommes en train de nous battre pour améliorer l’offre. Nous avons engagé des chantiers avec l’OFPPT pour revoir les filières», précise Bouchaïb Benhamida, président de la FNBTP.Il y a également l’Institut de formation aux engins et à l’entretien routier (IFEER) de Skhirat qui relève du ministère de l’Equipement. Sa faiblesse réside dans le fait que son offre est composée de modules de perfectionnement au personnel des établissements publics et des entreprises axés sur les travaux et les engins routiers.Nadia DREF

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc