×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Ciment: L’année s’annonce bonne

Par L'Economiste | Edition N°:2239 Le 22/03/2006 | Partager

. Les professionnels tablent sur 7% de croissance . 5,16% à fin févrierUNE fois n’est pas coutume et les acteurs du secteur s’en frottent les mains… A fin février, les ventes de ciment sortent du rouge pour clôturer sur une croissance de 5,16%, par rapport à la même période en 2005. Il s’est vendu un peu plus de 1,32 million de tonnes de ciment les deux premiers mois, dont plus de 830.000 en février. Ce qui représente une hausse impressionnante de 17%, surtout après une baisse de 10,2% en janvier. «Le taux de croissance est fort, explique Abdeslam Bikdir, directeur commercial de Lafarge Maroc. Nous constatons un rattrapage après janvier qui a subi l’impact de l’Aïd et de la pluviométrie. «Un petit handicap» certes, mais qui ne gâche pas des perspectives plutôt prometteuses, explique Bikdir. Le marché est favorable, souligne un autre cimentier de la place, qui tient à garder l’anonymat. La dynamique de construction reste soutenue malgré les intempéries. Celles-ci pourraient engendrer un léger recul «mais raisonnable», dit-il, et surtout, rattrapable sur le reste de l’année. La conjoncture est effectivement bonne, confirme Bikdir. En 2006, la croissance du marché pourrait atteindre 7%. Ce qui est optimiste «mais réaliste», souligne le directeur commercial.Dans le secteur de l’habitat par exemple, pour la première fois, le programme du ministère n’est plus tributaire de la loi de Finances et 1 milliard de DH ont été versés au fonds spécial de l’habitat. «Le ministère a mis les bouchées doubles pour soutenir le foncier et mettre à disposition des terrains avalisés». Conséquence: les investisseurs privés lorgnent les logements sociaux et relancent la dynamique.Par ailleurs, le projet de villes satellites à Marrakech, Rabat et Casablanca notamment, tourne à plein. «Ce qui est très prometteur pour la résorption de notre déficit dans le logement», observe Bikdir. De même, la dynamique touristique (Plan Azur…) et logistique, l’infrastructure dans un Nord «tout en chantier», avec Tanger-Med, les tronçons ferroviaires… sans oublier le Sud et ses autoroutes en cours (Settat-Marrakech, Casa-El Jadida). Bilan: des ventes au beau fixe. Et les progressions, dans les régions cibles, bénéficient toujours de l’embellie: 15% pour la région de Casablanca, 12% environ pour celle de Marrakech et 11,3% pour celle d’Agadir à fin février 2006. Ce n’était pourtant pas gagné d’avance: le premier trimestre est structurellement connu pour être morose. En 2005 par exemple, l’activité des trois premiers mois détonne avec la performance récemment enregistrée: -30,77% en janvier, -5% à fin février et -1,24% pour les trois mois de l’année. Ce n’est qu’en avril que la consommation remontera la pente avec une progression 2,37%. Sur l’année, l’activité cimentière a atteint un record: plus de 10 millions de tonnes écoulées!Céline PERROTEY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc