×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Les origines de la fête du Mouloud

Par L'Economiste | Edition N°:1518 Le 14/05/2003 | Partager

. Ce n'est pas une fête religieuse . Elle a été introduite au Maroc par les Mérinides Contrairement à ce que l'on pourrait croire, la commémoration de la naissance du Prophète n'est pas une fête religieuse. Elle n'était pas connue au début de l'Histoire islamique. Elle a été introduite par les Fatimides au quatrième siècle de l'Hégire, en Egypte et ailleurs. On rapporte que Sheikh Omar Ibn Muhammad Al-Mullâ, un homme de piété, est le premier à l'avoir fêtée à Mossoul en Iraq. Puis, le roi Al-Mudhaffar Abû Saïd lui emboîta le pas et célébra le Mawlid à Irbil en Iraq. Il récompensa le savant-mémorisateur Ibn Dihyah pour avoir composé un livre intitulé «At-Tanwîr fî Mawlid Al-Bashîr An-Nadhîr» (Eclairage sur la naissance du porteur de la bonne nouvelle et de l'avertisseur), reprenant le récit de la naissance du Prophète. L'imam Abû Shâmah commenta la célébration du Mawlid en disant: «Parmi les meilleures choses récemment introduites, c'est ce qui se faisait à Irbil chaque année à l'occasion de la naissance du Prophète en termes d'aumônes, de charité, de décoration et de signes de joie”. Est-ce que la célébration du Mawlid et l'éloge du Prophète sont une «bonne innovation» (bidaâ) ou un acte blâmable? Une question qui a depuis toujours suscité un intérêt particulier vu les avis mitigés des uns et des autres. Alors que certains savants disent que c'est une bonne chose, d'autres affirment le contraire. Qui croire? «La naissance du Prophète marqua par la Volonté de Dieu l'arrivée du Sceau des Prophètes et l'Imam des Messagers. Sa commémoration signifie donc la naissance de l'islam», explique Sheikh Qaradawi, le fameux mufti et alim égyptien. Nul doute que le rappel profite aux croyants. Nous avons besoin de nous souvenir de toute chose liée au Prophète car il est le modèle par excellence pour tout musulman, conformément à la Parole de Dieu: «En effet, vous avez dans le Messager d'Allah un excellent modèle...», Sourat Al Ahzab, verset 21. Or, les collègues saoudiens de Qaradawi ne partagent pas la même opinion. En effet, la rigidité de la pensée wahabite ne tolère pas la célébration du Mawlid sous prétexte que l'adoration du Prophète pourrait se confondre avec celle d'Allah et toucher ainsi à l'unicité de Dieu. Au Maroc, l'origine de la fête du Mawlid remonte à la dynastie mérinide qui décréta le jour de la naissance du Prophète fête officielle. Les Mérinides ayant été une dynastie sans aucune légitimité religieuse, ont accordé un intérêt particulier aux chorfas et aux ouléma lésés sous les Almoravides (XIe-XIIe siècles) réputés pour leur stricte foi islamique. Les Mérinides rendirent hommage à ces ouléma et entreprirent la construction de nombreuses mosquées, médersas et la monumentale nécropole de Chellah (1310-1339). Religieux modérés, à la différence des Almoravides, ils n'entreprirent aucune réforme religieuse fondamentale. L'essor des confréries religieuses se poursuivit sous leur règne, en même temps que se développait le culte des saints, les marabouts. Au Maroc, cette fête est respectée. Intellectuels et ouléma s'accordent sur ses bienfaits sur l'ensemble des musulmans. «C'est une occasion pour approfondir leur compréhension de la religion et du Livre de leur Seigneur, pourvu que cela les pousse à multiplier les bonnes oeuvres», explique Mohamed Ayadi, sociologue. Une des particularités du Mawlid est qu'il s'appuie sur l'énergie enfantine pour l'essentiel de sa commémoration. Les pratiques sociales sont différentes d'une région à l'autre. Mais là où les activités s'enchaînent, c'est dans les zaouiyas. A Meknès, par exemple, la saison de la célébration du culte du Sheikh fondateur, qui a lieu tous les ans à l'occasion de la fête du Mouloud, est un moment exceptionnel où tous les adeptes de la confrérie, venus du Maroc et de l'étranger, se regroupent pour de grands moments de liesse. La manifestation est l'occasion de réjouissances, de chants, de musiques et de danses et aussi d'une série de rituels puisant dans le soufisme et dans le creuset très ancien des pratiques et croyances populaires, mêlant foi et phénomènes de possession. C'est dans ce même contexte que les chorfas hassounyines (confrérie chadiliyah), organisent chaque année, depuis quatre siècles, le moussem des cierges de Sidi Abdellah Benhassoun à Salé. «Les soufis, dont Benhassoun, ont crée des fêtes avec des rites musulmans, afin de détourner les musulmans de leur ancienne pratique païenne et les amener à la tradition musulmane, pour rendre la transition le plus douce possible», explique Abdelmajid Hassoun, doyen des chorfas hassouniyines. Dans les livres d'histoire, il est dit que le sultan sâadien Ahmed Al Mansour Addahbi avait été, lors de son séjour en Turquie qui coïncidait avec la célébration de la fête du Mawlid, très impressionné par le cortège des cierges qui fut organisé en hommage à la mémoire du Prophète. De retour au Maroc, le souverain convoqua des artisans émérites de Marrakech, Fès et Salé, leur fit le récit du spectacle dont il avait été témoin et leur donna l'ordre d'en faire autant. Le sultan enjoignait aux artisans de confectionner ces cierges du Mouloud avec soin en les agrémentant de belles couleurs. Il désigna Abdellah Benhassoun pour veiller au déroulement de la procession. Hayat KARIM ALLAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc