×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Les marchés de la rentrée : Comment se fait le prix du cahier

    Par L'Economiste | Edition N°:196 Le 21/09/1995 | Partager

    Le prix du cahier sera plus élevé cette année: hausse du prix du papier. Mais les fabricants se heurtent au "diktat" des grossistes.


    Les nouveaux tarifs sortie-usine des cahiers de fabrication locale augmentent cette année de 30%. Hausse non encore très apparente sur le marché, car ce sont en majorité les stocks qui sont en train de s'écouler, provenant d'achats de grossistes aux fabricants, effectués au cours du premier trimestre, et donc vendus pour l'instant aux prix de 1994.
    Le prix du papier à l'importation, qui était beaucoup moins cher que le papier local, pourtant de moindre qualité, a grimpé cette année de façon vertigineuse. En 1992, le prix du papier importé était de 840 à 850 Dollars la tonne; aujourd'hui il a flambé à 1.500 Dollars la tonne. Une nouvelle hausse serait prévue, selon M. Malik Boutaleb, PDG de SOMAPA, pour le mois d'octobre, résultant de celle de la pâte à papier qui porterait le prix du papier blanc entre 1.600 et 1.650 Dollars la tonne.
    Pourtant, le prix du papier à l'importation avait beaucoup diminué ces trois dernières années. "L'évolution de ses prix est en effet cyclique, de périodicité variable, commente M. Salah-Eddine El Ouadie, directeur commercial de la société marocaine Aiglemer. Cela s'explique par la concurrence acharnée à l'échelle internationale se traduisant par la perte de vitesse des plus faibles et le positionnement en monopole des plus forts".
    Le prix du papier importé s'aligne aujourd'hui sur le prix du papier local. "A prix égal nous préférons naturellement une qualité supérieure", fait remarquer un professionnel.
    L'industrie du cahier compte environ une dizaine de fabricants. Aiglemer et Somapa, par exemple, qui sont parmi les trois premiers concurrents (avec Conapa) détiennent chacun entre 1/4 et 1/3 du marché, et réalisent un chiffre d'affaires égal de 50 millions DH chacun. La production augmente pour chacune de ces entreprises entre 10 à 15% par an.

    Les marchands des 4 saisons font pression


    Les deux concurrents produisent une qualité qui s'est sensiblement améliorée. "Les techniciens et machinistes marocains font preuve d'ingéniosité en faisant face à une situation technique spécifique, affirme M. El Ouadie. "Les machines importées d'Europe sont conçues pour une fabrication de longue série avec un minimum de changement (de format, de nombre de pages, de réglures) dans un temps déterminé". Cette donnée technique correspond à une demande importante du marché. "Or au Maroc ces équipements fonctionnent avec plusieurs changements et arrêts, de manière à fournir tous les articles demandés sur un marché plus étroit : 4 millions de personnes scolarisées ou en études supérieures au Maroc. Cette contrainte a une influence certaine sur la qualité et sur le coût de production". Cela signifie que la qualité et le prix ne pourront que s'améliorer avec une croissance du marché.
    Sur le plan de la distribution, les grandes entreprises disposent d'agences dans les principales villes, ainsi que de leur parc de voitures pour la vente directe aux grandes surfaces et aux papeteries. Mais une grande partie de la distribution passe par les grossistes, essentiellement ceux de Derb Omar et de Médiouna à Casablanca. "Ce sont pratiquement les grossistes qui fixent les prix du marché, affirme M. Boutaleb. La fourniture scolaire représente pour eux une activité purement saisonnière, mais s'ils vendent dans de petites boutiques, ils possèdent de grandes aires de stockage. Ce qui leur permet d'utiliser leurs liquidités pour acheter notre cahier dès le mois de janvier, de le stocker pour le revendre en septembre à des prix à forte marge. Ce sont ces marchands des 4 saisons, qui par leur pression financière et leur politique de stockage, font la pluie et le beau temps sur le marché du cahier, et des marges bénéficiaires considérables". Ce point de vue est confirmé par un autre industriel: "les prix sont plus ou moins imposés par le diktat des grossistes à défaut d'une autre politique plus rationnelle".

    Une contrainte complémentaire des industriels est que la négociation avec les grossistes et semi-grossistes intervient en juin quand la production est déjà réalisé. Ce qui complique le marché et réduit les marges. L'industriel est contraint de réfléchir, de planifier et risquer pour toute la filière.
    Les grossistes bénéficient auprès des fabricants de 5 à 10% de remise, selon leur mode de paiement, imposant des discounts supérieurs en janvier-février.
    Les prix sortie-usine du cahier varient d'une entreprise à l'autre, en fonction du prix auquel elles ont acheté le papier à l'importation. A titre d'exemple, le prix sortie-usine d'un cahier Somapa de 24 pages est passé de 0,79 DH en janvier à 0,86 DH en septembre; pour le cahier de 48 pages de la même marque, ces chiffres sont respectivement 1,08 DH et 1,40 DH.
    Les fabricants en général ne stockent pas leur production. Leurs clients détaillants ne formulent pas leurs besoins à l'avance et achètent les cahiers au dernier moment afin d'éviter le risque d'invendus. "Quant aux grossistes, réussissant toujours à imposer leur pression, ils arrivent même à retourner leurs invendus aux fabricants", note M. Boutaleb.

    Bouchra LAHBABI.



    Tous les prix, toutes les sortes
    toutes les origines


    La fourniture scolaire est de plus en plus fabriquée au Maroc. Mais l'importation est encore importante, souvent effectuée par les fabricants eux-mêmes. L'anarchie fiscale entraîne l'anarchie des prix.

    La fourniture scolaire présente un choix de plus en plus varié et une qualité qui s'améliore perceptiblement. Les prix n'ont augmenté sensiblement que pour les cahiers. A titre d'exemple, le prix sortie-usine pour le cahier Aiglemer est de 1,38DH pour le 48 pages, 2,59DH pour le 96 pages piqué, 4,84DH pour le 144 pages spiralé... En librairie les prix sont de 2,5 à 6,5DH pour ces différents volumes. Les prix des cahiers de fabrication locale sont 5 à 6 fois moins élevés que ceux des cahiers d'importation comme les Claire-Fontaine: par exemple un cahier de 200 pages de cette marque française coûte 40DH. D'autres marques françaises de qualité similaire sont cependant accessibles à des prix moins élevés, comme par exemple dans la marque Continent: 30, 6DH le cahier de 288 pages, 18,9DH le cahier de 192 pages. Les cahiers Continent sont vendus à Marjane, qui a une convention avec cette marque.
    En ce qui concerne les autres fournitures scolaires (autres que le livre et le cahier), le principal fabricant-fournisseur local, qui en offre d'ailleurs une gamme complète, du crayon au cartable, est Aiglemer (mis à part Maroc Stylo pour ce qui est uniquement du stylo).

    La qualité du cartable Aiglemer (150.000 pièces produites par an) est prisée. "De par la qualité de ses intrants, importés, et ses caractéristiques orthopédiques qui obéissent aux normes internationales, souligne le directeur commercial d'Aiglemer. De ce point de vue, le sac à dos, avec une rigidité du côté attenant au dos de l'enfant, présente, outre l'avantage de l'équilibre de l'élève dans le port de son cartable, celui de lui laisser les mains libres". Le prix sortie-usine du cartable Aiglemer, varie, suivant les modèles et formats, de 41,54 à 124DH.
    Le cartable à la mode est en effet le sac à dos, qui semble plaire particulièrement à l'enfant, autant par ses formes que par ses couleurs et motifs très fantaisie. Certains cartables, plus pratiques, combinent dans leur forme le modèle classique au modèle sac à dos, sans exclure les couleurs vives et les motifs des célèbres héros de bandes dessinées. La fourchette des prix du cartable est en général de 65 à 300DH. A Marjane, par exemple, une belle gibecière est vendue autour de 100DH. Chez Loulouch, magasin de jouet de luxe à Casablanca, le cartable de fillette, Barbie ou petite Sirène, est vendu 280DH pour le petit format, 395DH pour le moyen, 495DH pour le grand.

    Confusion entre marge légale et liberté des prix


    Aiglemer fabrique aussi le stylo Reynolds (1,07DH sortie-usine et TTC) et la gomme Mallat (1,33DH sortie-usine et TTC le grand format). Les autres fournitures proposées par cette société sont importées. Les principaux importateurs sont d'ailleurs les fabricants locaux de fournitures scolaires, gammes obligent. Pour Somapa, l'importation de stylos, de gommes, de gouache, de papier de dessin et de crayons représente 10 millions de DH de ventes par an, 10% de l'activité globale (fabrication de cahiers). Ces articles proviennent d'Espagne, de France, d'Italie, de Chine ou de Taïwan.
    Les autres importateurs sont les sociétés d'import-export de Derb Omar (Casablanca), au nombre d'une dizaine, pour lesquels la fourniture scolaire est une activité saisonnière. Leurs pays d'importation sont en général Hong-Kong et surtout la Chine. La marge légale pour ces importateurs est fixée à 10%, tout comme pour les grossistes. Les quantités importées de ces articles au niveau national ont été en 1994 de 100 millions d'unités et ont représenté 10 à 15% du chiffres d 'affaires global de la rentrée scolaire.

    Maroc Gadget par exemple importe une cinquantaine de types d'articles. Ses cartables chinois sont vendus au prix de gros entre 30 et 140DH (moyen de gamme), un ensemble trousse-règle-équerre, taille-crayon... à 10DH (revenant au consommateur à 20DH), une boîte de 12 feutres ordinaires à 4,5DH (revenant au consommateur à 8DH), etc
    Le problème qui se pose au niveau du prix de la fourniture scolaire est l'anarchie dans la classification des articles. La loi fixe la TVA sur l'article scolaire à 7%. Or, certains de ces articles sont classés comme des articles de bureau sur lesquels est pratiquée une TVA de 19%. La marge du détaillant pour la fourniture ordinaire est fixée à 15% mais, vu la confusion dans la classification, cette marge est difficilement respectée. Lorsque le détaillant s'en tient à la marge légale, il se rattrape suffisamment sur la papeterie et la fourniture de luxe. Les prix sont donc très variables d'un point de vente à l'autre, comme les qualités pour un même type d'article.

    Bouchra LAHBABI.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc