×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Les conventions collectives en colloque

Par L'Economiste | Edition N°:734 Le 28/03/2000 | Partager

. Les partenaires sociaux, à l'exception de l'UMT, ont répondu présents

Après le dépôt du projet de Code du Travail à la Chambre des Conseillers, le gouvernement relance les discussions sur les conventions collectives. M. Khalid Alioua, ministre en charge du Développement Social, de la Solidarité, de l'Emploi et de la Formation Professionnelle a donné hier le coup d'envoi à un colloque de deux jours sur "les Conventions collectives au Maroc: expériences et perspectives". Les partenaires sociaux ont répondu présents. MM. Abderrazak Afilal (UGTM), Abdelamajid Bouzoubaâ (CDT) et Abderrahim Lahjouji (CGEM) ont fait le déplacement. Quant à l'UMT, elle a brillé par son absence.
Il s'agit de la première réunion après la dynamisation du Conseil Supérieur des Conventions Collectives (CSCC) en mai 1999. "Pourquoi un pays comme le Maroc, qui compte près de 40.000 entreprises et qui jouit d'une pluralité syndicale, ne dispose-t-il que de 30 conventions collectives?", s'est interrogé M. Alioua.
"Les conventions ne peuvent pas réussir au Maroc si la réglementation n'est pas vulgarisée", lui a répondu M. Lahjouji. Ce dernier a intervenu dans une atmosphère tendue. En voulant exposer en français pour permettre à M. Muneto Ozaki, représentant du BIT, de comprendre son message, le patron des patrons a dû faire face à la protestation de quelques participants. Ces derniers, en colère, lui ont demandé de continuer son exposé en arabe.

En revanche, il n'y pas eu de contestations de la part des syndicats sur le thème. Ces derniers ont exprimé leur volonté de rénover les relations de travail. Pendant les deux jours du colloque, les participants passeront en revue les expériences étrangères dans le domaine des conventions collectives et du cas marocain. Des ateliers spécialisées sur les normes de négociation ont lieu aujourd'hui. Il est à signaler que le projet de Code du Travail contient 12 nouvelles dispositions sur les conventions collectives qui remplaceront la vieille réglementation datant de 1957.
Selon un responsable du Ministère de l'Emploi, le dépôt du Code du Travail à la Chambre des Conseillers a été dicté par la présence des syndicats qui, rappelons-le, ne sont pas d'accord sur quelques points du Code. Le calendrier du gouvernement est chargé. Le projet de la Loi de Finances 2000 est en cours de finalisation. Il doit être déposé au Parlement pendant la session d'avril. Déjà, l'équipe Youssoufi a annoncé que cette Loi consacrera une enveloppe à la réalisation des accords du 1er août 1996. De même, le dialogue social sera reconduit très prochainement dans une nouvelle version. En dynamisant les chantiers sociaux, le gouvernement veut-il baliser le terrain aux discussions sur la Loi de Finances au Parlement, d'autant que la Chambre des Conseillers comprend une représentation syndicale?

Nadia LAMLILI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc