×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Les collectivités locales recevront 14,5 milliards de DH

Par L'Economiste | Edition N°:1936 Le 12/01/2005 | Partager

. C’est la première fois que les budgets des communes sont validés avant le 31 décembre. Le budget prévisionnel enregistre un excédent de 198 millions de DH Près de 14,5 milliards de DH seront alloués aux collectivités locales au titre des budgets de l’année 2005. L’annonce en a été faite, lundi dernier à Rabat, par Mohamed Hassar, wali-directeur général des Collectivités locales lors d’un point de presse. C’est la première fois que les budgets des communes sont validés avant le 31 décembre.Le budget global destiné aux collectivités est en augmentation cette année. Il n’a été que de l’ordre de 13,524 milliards au titre de 2004. Cela se justifie par l’augmentation des dépenses de fonctionnement, indique-t-on auprès de la direction générale des Collectivités locales. La satisfaction de certains présidents de collectivités est apparente. “Cela va nous permettre de commencer à travailler sans tarder. Nous avons toujours été bloqués ou au moins retardés par l’attente de la validation du budget”, indique un président de commune. Dans les budgets alloués aux communes et autres collectivités, ce sont les dépenses de fonctionnement qui grèvent sérieusement sur les montants consentis. Ainsi, plus de 9 milliards de DH sont réservés à cette rubrique. Les seuls émoluments et salaires drainent près de 7 milliards de DH sur cette somme, auxquels il faut ajouter quelque 324 millions de DH en dépenses sociales. Il y a aussi lieu de citer la rubrique de soutien qui accapare 1,275 milliard de DH. Ce montant est destiné principalement aux communes qui ont opté pour la gestion déléguée de certains secteurs (assainissement solide et/ou liquide, transport, éclairage…). Dans ce budget, il ne faut pas non plus oublier les sommes réservées au remboursement des crédits et autres échéances. Celles-ci mobilisent pas moins de 1,120 milliard de DH. Côté recettes, les prévisions du budget 2005 tablent sur des rentrées de 14,460 milliards de DH. Elles seront constituées en plus grande partie des recettes transférées (7,192 milliards de DH), des rentrées provenant de la part des Collectivités locales de la TVA (près de 7 milliards de DH), des impôts locaux (7,268 milliards de DH), de la taxe professionnelle (1,372 milliard de DH). Curieusement, la taxe urbaine ne va drainer que 550 millions de DH au titre de l’année 2005. En tout cas, c’est tout ce qui lui a été réservé dans les recettes prévisionnelles. Autre particularité dans le budget 2005: il va dégager un excédent de 2,289 milliards de DH. Soit donc une augmentation de 198 millions de DH par rapport à l’année 2004. Et l’on s’attend, au vu de la tendance actuelle à dégager des excédents, à un “peut mieux faire” au titre de l’année 2006. Bizarre que les budgets dégagent des excédents alors qu’ils peuvent être utilisés à améliorer le quotidien des communes.Il est à noter que 99,5 des budgets proposés par les collectivités et soumis à validation du ministère de tutelle ont été approuvés. Sur le budget 2005 des Collectivités locales, les régions vont recevoir près de 600 millions de DH. Les préfectures et provinces recevront 2,056 milliards de DH alors que la part des communes urbaines va s’élever à près de 8,5 milliards de DH. Les communes rurales en recevront beaucoup moins. Il leur est prévu un budget de près de 3,4 milliards seulement.


Convention

UNE convention-cadre a été signée entre la direction générale des Collectivités locales et la Trésorerie générale du Royaume. Aux termes de cette convention, la paierie principale va prendre en charge le traitement des salaires des fonctionnaires des communes urbaines de Rabat et de Casablanca. Cette convention va permettre une gestion plus rationnelle des salaires des employés et fonctionnaires des deux communes dans le but d’améliorer notamment le service qui leur est destiné.Jamal Eddine HERRADI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc