×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Bourse: Petite correction en début d’année

Par L'Economiste | Edition N°:1936 Le 12/01/2005 | Partager

. C’était nécessaire après l’engouement pour Maroc Telecom. Masi et Madex subissent des pertes autour de 1%L’année 2005 ne semble pas porter chance aux indices de la place qui commence l’année dans un contexte de baisse. “C’est une correction nécessaire pour le marché après l’engouement qu’a connu la place suite à l’opération Maroc Telecom. Mais cela ne va pas durer”, explique un analyste.L’indice de référence de la place accuse une perte de 1,01% la première semaine de janvier, s’établissant à 4.476,50 points. Suivant la même tendance, le baromètre des valeurs du continu se déleste de 0,99%, par rapport à sa valeur au 31 décembre 2004, pour se fixer à 3.487,42 points. La capitalisation boursière recule aussi à 203,3 milliards de DH, soit une baisse de près de 2,8 milliards de DH. “Au chapitre des hausses, Afriquia se place à la tête du peloton, s’adjugeant 15,79% à 440 DH et ce grâce aux rumeurs à propos des négociations en cours pour le rachat d’un concurrent de la place”, expliquent les analystes de BMCE Capital. CIH entame l’année sur un gain de 13,05% à 29,98 DH. “Le règlement par les Erac de 800 millions de dettes y aurait fortement contribué”, estiment les analystes. Taslif s’accroît, elle, de 12,35% à 191 DH. Le secteur des sociétés de financement laisse apparaître à l’issue de cette première semaine de 2005 une perte de 0,40% à 5.176,69 points. A l’inverse, la Marocaine Vie se déleste de 14,74% à 162 DH. L’assureur est suivi de Balima dont le cours s’amenuise de 5,96% à 789 DH. Pour sa part, Maghreb Oxygène régresse de 5,43% à 163,60 DH. La filiale fluide d’Akwa Group traite à 25,1x et à 24,1x ses bénéfices prévisionnels 2004 et 2005 et offre un rendement de dividende estimé à 3,7% en 2004. Enfin, Agma-Lahlou Tazi lâche 5,26% à 2.700 DH. Totalisant un chiffre d’affaires de 312,85 millions de DH, la Bourse a été essentiellement servie par le marché central. Sur ce compartiment, Itissalat Al-Maghrib est toujours la coqueluche, s’adjugeant, à elle seule, 67,9% du négoce pour un volume transactionnel de 212 millions de DH. Le marché de gré à gré a abrité, quant à lui, une seule opération portant sur 1.600 actions Maroc Leasing traitées au cours unitaire de 370 DH.Pour ce qui est du bilan annuel, après une progression de plus de 32% enregistrée en 2003, 2004 peut être considérée comme une année de consolidation de la croissance avec une variation à la hausse de l’indice Masi de 14,67%. “L’autre signe du retour de confiance des investisseurs s’est matérialisé par l’introduction en Bourse de deux nouvelles valeurs, évènement que n’avait pas connu la place casablancaise depuis 2001”, commentent les analystes de Wafa Gestion. En effet, ces deux recrues de choix ont été respectivement la Banque centrale populaire et Maroc Telecom. “L’engouement des investisseurs pour cette valeur a été sans précédent, traduisant ainsi un formidable retour de liquidités sur le marché boursier”, ajoutent-ils. La cotation de Maroc Telecom a d’ailleurs amené à un réaménagement des principaux indices, désormais calculés sur la base du flottant de la société et non plus sur sa capitalisation globale. Maroc Telecom est ainsi devenue la première capitalisation de la place suivie par l’ONA et Attijariwafa bank. Dans la continuité de la rotation ONA-SNI opérée en 2003, cette année a vu le rapprochement effectif entre BCM et Wafabank qui a été radiée de la cote le 18 octobre dernier, ainsi que Crédor, rachetée par Wafasalaf et qui a permis, de ce fait, la naissance du premier opérateur, en termes de taille, dans le secteur du crédit à la consommation. L’année 2004 a connu également quelques opérations exceptionnelles de repositionnement stratégique qui ont concerné notamment l’assureur AXA qui a procédé à un redimensionnement de ses fonds propres par le désengagement d’une partie de sa participation dans BMCI, BCM et Centrale Laitière. Idem au niveau de la BMCE qui a connu un changement de son actionnariat avec la sortie de Commerzbank, l’entrée du groupe français CIC, à hauteur de 10%, et de la banque d’affaires Morgan Stanley pour une participation de 3%. Côtés valeurs, la meilleure performance de l’année a été enregistrée par Auto Nejma, suivie de Branoma. A l’inverse, la Marocaine Vie ainsi que le CIH ont été sanctionnés par le marché, leurs résultats ne sont toujours pas à la hauteur des espérances. F. T.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc