×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

LES CAHIERS DE L’EMERGENCE
Lydec se lance dans une gigantesque mise à niveau

Par L'Economiste | Edition N°:3133 Le 21/10/2009 | Partager

. 265 millions de DH investis dans l’infrastructure d’électricité. Economie d’énergie en partenariat avec l’ONEUn peu plus de 700 millions de DH. Tel est le montant investi dans les secteurs de l’électricité, de l’eau et de l’assainissement à Casablanca en 2008. Le distributeur, Lydec, en a supporté près de 60%, soit 420 millions de DH. L’électricité et l’assainissement se partagent approximativement des parts égales: 265 millions de DH pour le premier métier (37%) et 229 millions pour le second (32%). Le secteur de l’eau a bénéficié de 182 millions de DH, soit 25% de l’investissement.Sur les 265 millions de DH investis dans l’électricité, le concessionnaire casablancais a contribué en fonds propres à hauteur de 166,5 millions de DH contre 47 millions pour le Fonds de travaux (relevant de la ville). Le renforcement des infrastructures est érigé en priorité par l’opérateur casablancais. Le gros des chantiers ouverts en 2008 est destiné à faire face à l’accroissement de la demande. Pour relever ce défi, des infrastructures nouvelles ont été mises en place. C’est notamment le cas du nouveau poste source d’Aïn Harrouda. Le poste servira en effet à alimenter les villes nouvelles de Zenata et d’Aïn Harrouda. Il est aussi d’un grand intérêt en matière de sécurisation de l’alimentation en énergie de la ville de Mohammédia et de la zone industrielle de Sidi Bernoussi. Dans un premier temps, le poste d’Aïn Harrouda desservira 80.000 clients. En parallèle, Lydec se lance dans une étude de l’alimentation du poste Abbé de l’Epée à partir du poste source Oulad Haddou en vue de renforcer les capacités destinées au centre-ville. Autre action du délégataire: l’enfouissement des lignes qui traversent le quartier Sidi Maârouf pour ne pas pénaliser l’urbanisation de la ville (ponts et constructions en hauteur, essentiellement). Côté économie d’énergie, les actions à relever s’inscrivent dans le cadre du Plan national des actions prioritaires. Deux grands chantiers à cet égard: le lancement d’un partenariat avec l’ONE sur un projet de compensation visant à réduire la puissance appelée à l’ONE d’environ 5% en pointe dans le périmètre de la gestion déléguée. Une seconde action au sujet de l’économie d’énergie a pour objet l’éclairage public. Le ministère de l’Intérieur a demandé à tous les délégataires de distribution d’électricité de s’approvisionner de lampes à basse consommation (LBC). Le déploiement à l’échelle nationale devrait débuter cette année. D’autres actions visent aussi bien le renforcement des infrastructures que l’économie d’énergie. Des postes sources sont ainsi soumis à des travaux de réhabilitation. Le programme de maintenance de Lydec a renouvelé la liaison (60 KV d’une longueur de 7 kilomètres) du poste Mohammédia et Camiran. Le poste de Laâyoune, quand à lui, a été doté d’une télésurveillance qui le relie au Bureau central de conduite. L’objectif étant d’en assurer un meilleur suivi des paramètres de gestion mais aussi pour que les services techniques de Lydec augmentent de réactivité en cas d’incident. Ces investissements de mise à niveau de l’infrastructure vont permettre de relever encore les standards de service aux ménages. Rien de bien nouveau, ce choix relève de la continuité stratégique. La réactivité des équipes de la société, l’une des meilleures du marché, devrait encore gagner en efficacité. Au plus fort des intempéries en 2008, malgré une hausse du nombre de coupures d’alimentation (259), le délai de rétablissement de la quasi-totalité des clients (75%) n’a pas, pour autant, été impacté de façon significative. Il était de 12,78 minutes en 2008 contre 11,75 minutes en 2007.


Schéma directeur de l’électricité

La Lyonnaise des eaux de Casablanca a lancé en 2008 une importante étude pour se donner une feuille de route bien claire. L’objectif est en effet de définir un schéma directeur de l’électricité à l’horizon 2027. «Concrètement, l’entreprise a analysé les projections de la demande en électricité sur le périmètre de la gestion déléguée en s’appuyant sur le recensement de la population de 2004 et le schéma directeur de l’aménagement urbain», souligne un responsable de Lydec. Sont également pris en considération les projets structurants en œuvre dans la métropole (villes nouvelles, Anfa, Marina, etc.) et le développement des activités industrielles. «Sur cette base, Lydec a défini les évolutions à apporter au réseau actuel et a planifié les investissements (postes sources, réseau MT) en conformité avec l’étude.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc