×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Enquête

    Les Américains champions du monde du travail et de la productivité

    Par L'Economiste | Edition N°:598 Le 20/09/1999 | Partager

    · Le temps consacré au travail a accusé un recul en Europe
    · En termes de productivité, les Etats-Unis figurent en tête des pays industrialisés


    LES Américains ne font pas que créer plus d'emplois. Ils travaillent aussi plus longtemps. Même plus que les Japonais. L'information a de quoi surprendre. La tendance s'est donc renversée. Les Américains passent plus de temps à leur travail dans les pays industrialisés. En 1997, en tout cas, ils ont passé au travail deux semaines de plus que les Nippons. Le temps consacré par les Japonais à leur travail a accusé un recul depuis le début des années 1980. Il a diminué de plus de 10% entre 1980 et 1995, passant ainsi de 2.121 à 1.889 heures par an. C'est ce qui ressort du dernier rapport du Bureau International du Travail (BIT) sur les tendances mondiales du marché du travail. Chaque travailleur américain a donc passé 2.000 heures à son travail en 1997.
    En Europe, le temps consacré au travail a accusé un recul. Ainsi, en France la durée du travail est passée à 1.656 heures en 1997 contre 1.810 dans les années 1980. A noter qu'une loi promulguée dernièrement en France limite le temps du travail à 35 heures. En revanche, la durée de travail des Britanniques n'a pas connu de changement. Dans les pays en développement, le BIT estime qu'«il est difficile de dégager les tendances». La raison consiste en l'absence de statistiques sur le temps de travail annuel par personne dans ces pays. Pour ce qui est des pays et régions à industrialisation rapide, le rapport du BIT souligne que «c'est en Asie de l'Est que le nombre d'heures de travail semble être le plus élevé». Il se situe entre 2.200 et 2.300 heures par an. Cette tendance date toutefois de la période précédant la crise financière. Surtout que la durée du temps de travail se rapportant à la République de Corée est en baisse. Elle est passée de 2.064 heures par an en 1.980 à 1.892 heures en 1996.
    Autre constat, la convergence de la productivité du travail dans les pays industrialisés et ce, en dépit des divergences relevées au niveau de la durée du temps de travail. En fait, si l'Américain passe plus de temps au travail, il est aussi plus productif. «La course à la productivité ressemble à un marathon sans fin, dans lequel le travailleur américain occupe toujours la tête du peloton, mais est désormais talonné par plusieurs autres concurrents qui gagnent de la vitesse. Il s'agit notamment du Japon, de la République de Corée et des principaux pays européens», souligne M. Lawrence Jeff Johnson, économiste du BIT, spécialisé dans la question du travail. Ainsi, en 1996, en termes de valeur ajoutée, un travailleur américain apporte 10.000 Dollars de plus qu'un Japonais. Toujours par rapport à la valeur ajoutée, mais cette fois-ci en termes d'heures travaillées, la différence est de 9 Dollars (en faveur de l'Américain).

    Khadija MASMOUDI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc