×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Les Africains seront 2 milliards en 2050

Par L'Economiste | Edition N°:3133 Le 21/10/2009 | Partager

. Ils sont 987 millions actuellement. Fécondité élevée sauf dans les pays du MaghrebLA population africaine est estimée à 987 millions de personnes. Un chiffre qui est établi sur la base d’un taux de croissance démographique annuelle moyen de 2,3% entre 2005 et 2010. C’est ce qui ressort du rapport régional d’évaluation des 15 ans de la Conférence internationale sur la population et le développement (CIPD+15). Les données sur la répartition régionale de la population indiquent que l’Afrique de l’Est est la région la plus peuplée du continent avec 315,8 millions (31%). Elle est suivie de l’Afrique de l’Ouest avec 291 millions d’habitants soit 29,5%. Quant à l’Afrique du Nord, elle compte près de 194,4 millions (19,7%). Les 4e et 5e place sont occupées respectivement par l’Afrique centrale avec 117,4 (11,9%) et l’Afrique australe avec 56,25 millions soit 5,7% de la population africaine, selon le même rapport. Pour rappel, des estimations antérieures montraient que pendant la décennie 1990-2000, la population africaine est passée de 622,4 millions à 795,7 millions de personnes. Ceci représente une hausse de 28,4% en 10 ans, souligne le rapport. Ce dernier précise en revanche que la population du continent noir fera plus que doubler au cours des quarante prochaines années pour atteindre près de 2 milliards d’ici à 2050. Dans la plupart des pays, l’augmentation de la taille de la population a été le fait d’une fécondité élevée et constante associée à un fort taux de mortalité, bien qu’en diminution durant la même période. Avec un taux de fécondité de 7,16 enfants par femme, le Niger arrive en tête des pays africains, suivie de près par la Guinée Bissau (7,04), le Burundi (6,8) et la République démocratique du Congo (6,7). En revanche dans des pays comme le Maroc, la Tunisie ou l’Algérie, la transition démographique est bien amorcée. Ces pays connaissent une baisse de leur taux de fécondité total, qui, de plus de 3 enfants en 1999, est passé à 2,5 ou moins en 2008, révèlent les conclusions du rapport.Par ailleurs, l’espérance de vie à la naissance en Afrique en général a enregistré une augmentation lente mais régulière. Elle a passé de 39 ans pendant la période de 1950-1955 à 54 ans pendant la période 2005-2010. Durant la même période, les pays d’Afrique du Nord ont connu une espérance de vie moyenne plus élevée, laquelle est passée de 43 à 68 ans. La Tunisie par exemple a enregistré le taux d’espérance de vie le plus élevé durant la même période. Elle est passée de 41,4 à 73,89 ans. Outre le VIH/sida, les principales causes de la forte mortalité en Afrique sont nombreuses. A savoir «les systèmes de santé inappropriés, la pauvreté généralisée, le manque de reconnaissance de statut des femmes, la prévalence de maladies infectieuses, l’exode du personnel médical à l’étranger…», conclut le rapport.B. A. I.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc