×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Dossiers

Le projet de Taghazout confié à un groupe saoudien

Par L'Economiste | Edition N°:805 Le 07/07/2000 | Partager

• Le groupe Baraka Saoudia Dalla est l'aménageur-développeur choisi pour réaliser la station balnéaire Taghazout avec 20.000 lits sur une superficie de 686 ha• Les pouvoirs publics mobiliseront 207 millions de DH pour assainir l'assiette foncière et réaliser les infrastructures hors siteM. Hassan Sebbar, ministre du Tourisme, veille au grain. Le projet Taghazout que devait aménager la Société Nationale d'Aménagement de la baie d'Agadir a été confié au groupe Baraka Saoudia Dalla, aménageur développeur dirigé par le Cheikh Salah Kamel. Une commission ministérielle a étudié le dossier et désigné l'heureux élu. Une convention d'intervention a été signée dans ce sens. Le site se trouve à 15 km au Nord d'Agadir et s'étend sur une superficie de 686 ha. Le pro-jet porte sur la réalisation de 20.000 lits, des terrains de golf, des stations d'animation, des commerces et l'installation de nouvelles technologies. Pour ce projet, l'Etat veillera à ce que les tours opérateurs étrangers servent de locomotive au développement des cette station. Un cahier de charges sera établi pour préciser ce qui est attendu de l'aménageur et les obligations des pouvoirs publics. Ceux-ci vont assainir la situation foncière. L'expropriation des terrains a coûté 112 millions de DH dont 60 millions d'intérêts de retard au 30 juin dernier. Les pouvoirs publics se chargeront également de la réalisation des infrastructures hors site. Le problème d'eau sera résolu grâce au barrage projeté. Il restera les routes et l'électricité pour un montant de 95 millions de DH.Ces montants proviennent du Fonds Hassan II pour le Développement Economique et Social qui a consacré au tourisme une enveloppe de 500 millions de DH. «Dans cette station, l'effet levier sera de l'ordre de 1 à 20, puisque le montant des investissements s'élève à 5 milliards de DH«, a indiqué à L'Economiste le ministre du Tourisme.Quant aux infrastructures in-site, elles seront à la charge du groupe Baraka Saoudia Dalla et les modalités de commercialisation seront fixées d'un commun accord. Il est à rappeler que ce projet devait être réalisé par un groupe marocain associé à l'Américain Bechtel qui devait présenter une étude de faisabilité dans un délai de six mois. L'étude n'était pas prête dans les temps. «Cette nouvelle donne a ouvert la voie à la concurrence«, ajoute le ministre.Le groupe Dalla est présent au Maroc puisqu'il réalise le Palais des Roses à Agadir sur le site du Founty, un village de 800 lits, doté d'un centre de thalassothérapie et d'un aqualand. L'investissement prévisionnel s'élève à 220 millions de DH. L'ouverture est prévue pour octobre 2001. Le ministère compte récupérer sa mise par la commercialisation de cette station et l'affecter à la relance d'autres projets, n en va de la pérennité du Fonds Hassan II. Le plus en vue est Saïdia-Ras Kebdana dont les pouvoirs publics lancent l'étude d'aménagement du site en collaboration avec l'Agence de Développement du Nord et le gouvernement espagnol. L'autre projet est Khémis Sahel.M.C.


Formation en rabe Le Maroc dispose d'une large gamme de centres de formation touristique, mais les entreprises du secteur ont du mal à satisfaire leurs besoins en profils spécialisés. Ourte un institut supérieur destiné à dispenser une formation en management touristique, le ministère possède 14 écoles de techniciens. A cela s'ajoute les centres de formation par l'OFPPT et ceux du secteur privé.Malgré ce nombre élevé, la présence des diplômés dans l'hôtellerie et les agences de voyages res-te faible. Le déficit est à 5.000 emplois qui devraient faire fonctionner les établissements touristique par rapport aux normes requises. Un intérêt particulier sera accordé aux ressources humaines. En effet, le classement des hôtels tiendra compte de la qualité de service et donnera plus d'attention aux doléances des clients.
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc