×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Le professeur new-look

    Par L'Economiste | Edition N°:756 Le 27/04/2000 | Partager

    . Il sera formé et recruté selon des procédures revues et corrigées

    . La promotion et la gratification seront basées sur le principe du rendementpédagogique


    «De l'engagement et de la qualité des enseignants dépend le renouveau de l'école». Le rapport de la COSEF s'attarde longuement sur la place que devra occuper ce personnage-clé dans son environnement.
    Pour les rédacteurs de la Charte: «Qualité signifie une bonne formation initiale, une formation continue efficace, des moyens pédagogiques appropriés et une évaluation adéquate des performances éducatives».
    Aussi faut-il repenser tous les aspects touchant à la formation, la motivation, l'évaluation des performances et la promotion de ces ressources humaines.
    . La formation initiale: Elle se traduira par «l'intégration de l'ensemble des établissements de formation des cadres de l'éduction et de la formation et à leur connexion avec l'Université». L'objectif recherché est d'assurer une solide formation initiale aux enseignants, aux conseillers pédagogiques, aux orientateurs et au personnel d'administration, avant leur prise de fonction.
    A ce stade, les procédures de recrutement des enseignants seront revues et corrigées. Désormais, les modes de recrutement seront diversifiés, y compris par le recours à des contrats renouvelables sur des périodes progressives.
    . La formation continue: Quels que soient sa mission et le niveau où il exerce, chaque cadre de l'éduction et de la formation devra bénéficier de deux types de sessions de formation continue et requalification, préconise la Charte. Deux types de sessions sont prévues. Il s'agit ainsi des sessions annuelles courtes d'entretien et de mise à jour des compétences, durant une trentaine d'heures bien réparties.
    Seconde catégorie, les sessions de requalification plus approfondie, intervenant au moins tous les trois ans.
    Sur le terrain, les actions de formation seront organisées sur la base d'objectifs adaptés aux évolutions survenues dans le domaine, de l'analyse des besoins et des attentes exprimés par les catégories concernées, ainsi que des souhaits et propositions des intervenants dans le processus d'éducation (parents et experts notamment).
    Selon le rapport de la Cosef, ces actions se dérouleront, autant que possible, à proximité du lieu d'exercice des bénéficiaires potentiels, «en exploitant les infrastructures et les équipements disponibles dans des périodes adaptées, en dehors des horaires d'enseignement».
    . L'évaluation et la promotion: Elles seront basées sur le principe du rendement pédagogique, en fonction des paliers d'enseignement.
    Ainsi, au niveau de l'enseignement supérieur, les univeristés établiront elles-mêmes les critères et les procédures d'évaluation.
    Pour les autres niveaux, des critères stricts devront être retenus. Il s'agit ainsi de «l'instauration d'un véritable système de motivation et de promotion, basé sur des critères précis, transparents et crédibles qui seront déterminés avec les partenaires sociaux concernés, en s'appuyant sur l'évaluation par le personnel de l'encadrement pédagogique, avec la consultation du conseil de gestion de l'établissement».
    Autre critère retenu, la prise en compte des résultats des inétressés aux sessions de formation continue, de leurs publications pédagogiques ou scientifiques, ainsi que de leurs innovations en rapport direct avec l'enseignement ou les activités parascolaires.
    . La motivation: Pour tous les cadres pédagogiques et de gestion, elle s'appuiera sur les leviers essentiels suivants: l'amélioration de la condition sociale, la reconnaissance des mérites et la révision des statuts des différentes catégories de fonctionnaires de l'éducation.
    Le rapport de la COSEF a retenu l'année budgétaire 2000-2001 pour mobiliser les moyens et ressources nécessaires, y compris l'affectation permanente d'un pourcentage fixe du budget de fonctionnement pour les enseignants. Pour les rédacteurs de la Charte, cette mobilisation a pour objectifs notamment:
    - de permettre au personnel d'enseignement et d'éducation l'accès à l'acquisition du logement «dans des conditions abordables et avec toutes les facilités possibles»;
    - de lui assurer une couverture sociale complémentaire, un régime d'assurance-vie et de retraite;
    - encourager l'organisation d'un système de rente-éducation au profit des enfants des personnels de l'Education.


    Et les élèves

    Pour les apprenants, les cantines scolaires seront restructurées sur la base de la décentralisation de la gestion, avec l'implication des partenaires, notamment les parents d'élèves, dans la programmation et le contrôle, «pour que ces cantines puissent offrir, le plus largement possible, et surtout en milieu rural, de repas sains et nutritifs».
    Tout collège devant recevoir les élèves du milieu rural doit posséder un internat. De même, préconise la Charte, au niveau régional et de chaque université, il sera créé une instance gérée de manière autonome, ayant pour mission la modernisation, l'extension et l'équipement des cités, restaurants et cafétérias universitaires. «L'hébergement universitaire devra être régi par des règles transparentes et équitables, tenant compte du mérite et du besoin objectif, à l'exclusion de toute autre considération», indique la Charte. Le financement de ces services sera assuré par la participation des bénéficiaires et par une subvenion de l'Etat, fixée en concertation avec les universités.
    Une attention particulière est accordée aux personnes aux besoins spécifques. Pour elles, les autorités de l'éducation-formation veilleront «dès à présent, et sur toute la décennie nationale, à doter les établissements des commodités de circulation des locaux, des programmes et de l'encadrement adaptés à la situation de ces personnes de façon à faciliter leur intégration dans la vie scolaire et, ultérieurement, dans la vie active. Il est prévu d'ouvrir des instituts et des écoles spécialisés dans ce domaine, ainsi que de renforcer et équiper les services de santé scolaire et universitaire. Un système corporatif d'assurance-maladie sera créé au bénéfice des étudiants. Son coût tiendra compte de l'accessibilité pour tous. L'Etat y apportera son soutien financier.

    Meriem OUDGHIRI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc