×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Entreprises

    Le PIACE: les blocages à l'aboutissement des projets

    Par L'Economiste | Edition N°:40 Le 30/07/1992 | Partager

    Le Forum des Jeunes Créateurs d'Entreprises(1) a été l'occasion de la signature de la convention de parrainage par la CGEM et de la convention d'accueil des structures PIACE par la Fédération des Chambres de Commerce et d'Industrie. Cependant, certains problèmes se posent aux jeunes promoteurs. Ces blocages ont été recencés par le CNJA.

    LE chômage des jeunes diplômés n'est plus un problème de compétence, mais celui des opportunités décroissantes d'emploi. En effet, les titulaires de la licence constituent 35% de l'ensemble des diplômés en 1990, 22% en 1989, 17% en 1988 et seulement 13% en 1987. La recherche de l'emploi par les jeunes diplômés ne semble pas être une simple question de temps. Près de 12% d'entre eux cherchent du travail depuis 1984, 52% depuis 1987 et 68% depuis deux années. Les objectifs du programme PIACE sont au nombre de trois.
    En premier lieu, se trouvent la sensibilisation et la stimulation de l'esprit d'entreprise.
    En deuxième lieu, l'assistance pour le montage de projets est accompagnée de l'information technique nécessaire et l'assistance pour le montage du dossier dans toutes les composantes. Enfin, le dernier objectif est le suivi des réalisations des dossiers. Ce suivi est accompli sans que le jeune promoteur se considère comme un assisté.

    Manque d'assurance

    Pendant la première étape du PIACE, plusieurs interventions au cours du Forum ont mis en relief le manque d'assurance et de confiance des jeunes dans la réussite de leur projet, le manque d'information économique, technique, administrative et financière à la création d'entreprises. Il a été, également, relevé la demande de stages pratiques en entreprise. La tendance à compter sur le CNJA plutôt que sur sa propre compétence pour la réalisation du projet a été également relevée.
    Le problème de local se pose également. En effet, 25% des candidats à l'entreprise éprouvent cette difficulté. Le CNJA propose que les collectivités locales sensibilisent les propriétaires de locaux disponibles à des prix raisonnables. Les collectivités locales sont aussi appelées à créer de nouvelles zones d'activités destinées aux jeunes promoteurs tout en établissant des règles claires d'attribution de lots. Les ERAC doivent être impliquées dans la construction de ces zones. Bank Al Amal projette d'acheter des terrains, de les lotir ou éventuellement de les construire afin de les louer ou les céder à des jeunes promoteurs. En fait, Bank Al Amal est spécialisée dans les projets des Résidents Marocains à l'Etranger (RME). Cependant elle "ne voudrait pas en faire un ghetto", et céderait éventuellement des lots aux jeunes promoteurs marocains sans distinction de leur origine.

    Crédit formation

    La contribution financière personnelle constitue également une entrave: 23% des jeunes promoteurs y sont confrontés. Ce point a été souvent soulevé lors du Forum. Les jeunes promoteurs se plaignent d'avoir réalisé des sacrifices pour se procurer les 10% du montant de l'investissement sans que leur projet n'ait abouti pour autant.
    Par ailleurs, 9% des jeunes promoteurs ont exprimé leur méconnaissance de l'environnement général de l'entreprise et des aspects réglementaires et institutionnels du processus de création et de gestion des sociétés. Actuellement, le CNJA en collaboration avec les partenaires concernés réfléchit sur la mise en place d'un "crédit formation" dans le cadre du crédit jeune promoteur. Aussi, parmi les recommandations du Forum figure la mise en place éventuelle de programmes de formation de courte durée par les établissements de formation et les associations professionnelles.
    Par ailleurs, le Programme National de Formation Insertion devrait tenir compte de la formation nécessaire aux jeunes souhaitant créer leur propre entreprise. L'USAID offre par ailleurs un service d'aide à la petite entreprise. Enfin, l'introduction de modules spécifiques concernant la création d'entreprises au sein des écoles et universités afin de susciter et d'inculquer aux jeunes une culture d'entreprise n'est pas à exclure.

    Autorisations administratives

    Les autorisations administratives constituent, aussi, une entrave à la création d'entrepriseS. Près de 9% des jeunes promoteurs y sont confrontés. Une recommandation a trait à une application plus souple des textes réglementaires lorsqu'il s'agit des jeunes promoteurs. Cet assouplis-sement serait relatif à l'expérience et à la formation exigées par des attestations administratives.
    Pendant le Forum, les jeunes promoteurs ont critiqué le retard des banques dans l'accord des crédits. D'autres ont regretté que les banques ne prennent pas de risques et ne décident du crédit qu'en contrepartie d'importantes garanties. En effet, quoiqu'il n'y ait pas de statistiques disponibles pour le confirmer, Il semble que la majorité des crédits soient octroyés par la Banque Populaire. Cet état de fait pourrait être expliqué par deux raisons essentielles. La Banque Populaire est, d'une part, une banque dont le capital est à 100% public et, d'autre part, son Président est en même temps le président actuel du CNJA. Certains jeunes promoteurs qui ont réussi leur projet soulignent que "c'est la banque la mieux rodée au Crédit Jeune Promoteur". En effet, un département Crédit Jeune Promoteur est installé au niveau de chaque banque régionale de la Banque Populaire. A titre d'exemple, les banques régionales de Aïn Sebâa, Mohammédia et Bouznika octroient actuellement près de 20 crédits par mois.
    Des responsables du CNJA ont, par ailleurs, déclaré que si une banque refuse d'octroyer le crédit, cela peut être bénéfique pour le jeune promoteur.
    Le premier critère pour l'octroi d'un crédit est la fiabilité du projet. Vient ensuite la confiance du jeune promoteur dans son projet.
    Cependant, on pourrait se demander si le Crédit Jeune Promoteur avait un taux normal, c'est-à-dire aux environs de 15%, ce ne serait, somme toute, pas plus favorable aux jeunes promoteurs. Les banques ne seraient pas aussi découragées.

    L.Tr.

    (1) Le Forum Jeunes Créateurs d'Entreprises a été organisé les 16 et 17 Juillet, Cf L'Economiste du 23 Juillet

    Un courtier chez les jeunes promoteurs

    LE cabinet de courtage et de conseil, Sécuritas, offre, pour une année, un conseil et une étude gratuite des dossiers d'assurance des jeunes promoteurs. En fait, les jeunes promoteurs payeront leur prime en déduisant les frais, mais pas la commission de courtage. "Même les délais de paiement des primes d'assurance seront assez souples, les compagnies d'assurance devront patienter", déclare M. Hassan Bennis, Administrateur Délégué de Sécuritas. L'année de faveur terminée, les jeunes promoteurs auront le choix à prolonger leur contrat avec Sécuritas ou à s'adresser à un autre cabinet de courtage.
    Sécuritas a eu deux expériences réussies avec les jeunes promoteurs. Il s'agit d'ABL Industrie qui a obtenu dernièrement le trophée BMCI et d'Intelec. M. Bennis est très confiant dans leur sérieux et dans la "rage" de vaincre de ces jeunes promoteurs.
    Le Forum Jeunes Créateurs d'Entreprises a été, également, l'occasion de distribuer des questionnaires aux jeunes promoteurs. Ces questionnaires serviront à la réalisation d'une étude concernant les types de projets, les problèmes administratifs rencontrés, les banques choisies et les besoins en assurance. Cette étude serait réalisée par des étudiants stagiaires de L'Ecole Supérieure de Gestion et encadrés par les responsables de Sécuritas.

    L.T.r.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc