×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Le Club de L’Economiste reçoit l’ONCF
Fret: De plain-pied dans les ports secs

Par L'Economiste | Edition N°:2559 Le 29/06/2007 | Partager

. Le port sec de Casablanca déjà opérationnel. Trois plateformes logistiques programmées courant 2007-2008. Visibilité pour le dévelop-pement de la conteneurisationAutoroutes de la mer, transfert modal, transport combiné. Les concepts foisonnent ici et là. Mais se rejoignent tous pour servir un seul objectif: la promotion d’un transport; d’une logistique durable, performante et compétitive. C’est que les enjeux s’avèrent considérables. Ils tiennent à la sauvegarde de l’environnement, la réduction de la congestion des villes et des routes la baisse des coûts et surtout la lutte contre les accidents. Enjeux dont la maîtrise, même partielle, génère de surcroît une plus-value inestimable. En termes d’économie d’énergie mais aussi de création d’emplois et de commerces de services. Aussi ne faut-il point s’étonner de voir la Commission européenne consacrer des sommes faramineuses au développement du transfert du fret routier vers des modes alternatifs. Mais, si elle use encore de l’incitation, des projets de réglementation font d’ores et déjà leur chemin dans les pipe-lines des circuits juridiques. C’est le cas de la loi Marco Polo dont l’objectif est d’instituer le transfert du fret routier vers le transport combinant le maritime et le ferroviaire. Pour le moment, un programme couvrant la période 2007-2013, moyennant une enveloppe annuelle de 750 millions d’euros, balise le terrain. Mais certains milieux professionnels marocains, notamment les primeuristes, envisagent l’échéance avec sérénité. D’ici là, disent-ils, les partenariats seraient actifs dans le domaine du développement de la conteneurisation. D’autant plus que les projets de ports secs de l’ONCF permettent une meilleure visibilité.. Solutions adaptéesQu’en est-il en fait? «D’emblée, le concept imprimé au programme des plateformes logistiques s’inscrit dans la droite ligne de l’aménagement des villes», souligne Rabii Khlie, directeur général de l’ONCF. Et certains projets ont même bénéficié de la participation financière de la cité. Dans la mesure où ils contribuent à la décongestion et à l’amélioration de la qualité de la vie dans le milieu urbain.Ce programme porte sur la réalisation de quatre plateformes logistiques dans les principaux pôles économiques du Royaume: Casablanca, Tanger, Marrakech et Fès. L’objectif est d’offrir des solutions adaptées au transport multimodal des conteneurs: mer-rail-route. C’est que le trafic des conteneurs connaît une croissance soutenue à l’échelle mondiale et environ 85% des produits manufacturés transitent par porte-conteneurs. Aussi, des ports secs seront-ils adossés à ces zones logistiques où le client peut bénéficier de services externalisés comme la collecte et la distribution des marchandises, le conditionnement, l’étiquetage, le tri et le contrôle de la qualité. Ils constituent par ailleurs le prolongement des zones portuaires sous douane permettant ainsi le transit et le stockage des marchandises.En tout, l’enveloppe globale s’élève à 160 millions de dirhams. Et serait probablement augmentée de quelque 40 millions pour parachever la deuxième tranche de la plate-forme de Casablanca. Au demeurant, la seule opérationnelle, au niveau de son port sec aménagé sur une superficie de 8 ha, depuis octobre 2006. Le site est implanté dans la zone ferroviaire d’Aïn Sebaâ à 6 km du port et à proximité des quartiers industriels de la métropole.Les autres seront lancées dès le second semestre de 2007 et doivent être achevées fin 2008. A Fès, le choix s’est porté sur les vieilles zones industrielles. Ainsi, le quartier Ben Souda aura son port sec doté d’entrepôts de stockage. Et celui de Ras Al Mâa sera réservé au fret des céréales. Ce port abritera des silos et autres aires de stockage des grains. Pour Marrakech, c’est la zone de Sidi Ghanem qui aura sa desserte logistique tandis que Tanger s’adossera aux plateformes logistiques de Tanger Med.En somme, il s’agit d’offrir aux opérateurs des solutions intégrées touchant l’essentiel des prestations portuaires et les opérations de valorisation et de sous-traitance. Le tout converge vers le développement complémentaire du transport multimodal. Histoire d’optimiser les atouts de chaque mode de transport.


Et la valorisation du foncier?

LA valorisation du patrimoine foncier et immobilier de l’ONCF constitue désormais un axe stratégique du développement. Outre les ressources financières qu’elle génère, elle sert une nouvelle vision des espaces de gares comme centres de vie regroupant des activités commerciales, touristiques. Cette stratégie s’est élargie pour couvrir la construction de ports secs et de zones d’activités logistiques. Dans ce contexte, l’ONCF a lancé plusieurs chantiers de valorisation à travers les différentes villes du Royaume. Deux méritent droit de cité. Le projet «Oued Fès» et «Al Marsa» de Tanger. Dans le premier cas, la cession à la Caisse de dépôt et de gestion d’un terrain de 50 ha a permis à l’ONCF de financer la plate-forme logistique de Fès. Le projet, d’essence touristique, comporte un golf urbain de 18 trous, des hôtels, des logements, des restaurants, des commerces, et des espaces verts publics.L’autre opération, également montée pour financer la plate-forme de Tanger, a ciblé un projet touristique et commercial qui sera implanté sur le site de l’ancienne gare ferroviaire de Tanger sur une superficie de 4,5 ha. Des hôtels, un centre commercial, des bureaux, des résidences touristiques, un parking et des espaces publics sont au programme de ce projet.A. Ghouibi

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc