×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Le chômage s'aggrave

    Par L'Economiste | Edition N°:653 Le 06/12/1999 | Partager

    · Le taux de chômage national passe de 12,9 à 15,1%

    · Dans le monde urbain, près de 1,2 million de personnes sont à la recherche d'un emploi

    · Les femmes demeurent la catégorie la plus touchée


    L'optimisme affiché par le gouvernement a été de courte durée. L'évolution du taux de chômage ne s'inscrit plus à la baisse comme ce fut le cas au cours du second trimestre 1999. Le taux de chômage national a connu une augmentation de 2,2%. Il est passé de 12,9% au titre du second trimestre 1999 à 15,1% au cours du troisième trimestre. Quant à la population en chômage, elle s'élève à 1,534 million de personnes contre 1,328 million au terme du deuxième trimestre 1999.
    Les chiffres sur le chômage restent particulièrement alarmants dans le milieu urbain. Le taux de chômage dans les villes passe en effet à 23,4% contre 21,3% au terme du second trimestre. Cette hausse s'explique, selon la Direction de la Statistique, "par l'arrivée sur le marché du travail de jeunes citadins issus du système d'enseignement et de formation". Le taux d'activité des diplômés citadins a atteint 55,2% contre 51,9% au cours du second trimestre. "Cet accroissement de l'offre s'est traduit par la hausse du chômage des actifs citadins diplômés". En fait, le chômage s'aggrave, non seulement au niveau national, mais aussi au sein de la population des diplômés.

    Ainsi, le taux de chômage des actifs diplômés passe à 31,9% contre 25,6% au cours du second trimestre 1999. En revanche, le niveau des chômeurs sans diplôme a accusé un léger recul dans les villes (14,8% au cours du troisième trimestre contre 17,7% au cours du second). La population active en chômage dans cette zone dépasse la barre du million. Ils sont exactement 1,233 million de citadins à chercher un travail contre 1,093 million au cours du second trimestre.
    Les campagnes ne sont pas mieux loties: le taux de chômage atteint en effet 6,1% au cours du troisième trimestre 1999 contre 4,5% au titre du second trimestre. Le chômage des diplômés dans les zones rurales s'est apprécié de 1,2% (il est passé de 14 à 15,2% au cours du troisième trimestre). Quant à la population active en chômage dans les zones rurales, elle s'élève à 301.000 personnes contre 235.000 au second trimestre.
    Toujours concernant le taux de chômage, les chiffres de la Direction de la Statistique relèvent que les femmes restent la population la plus touchée. Le taux de chômage des femmes dépasse la moyenne nationale. Il est de 15,6% au terme du troisième trimestre contre 10,9% durant le second trimestre 1999, soit une progression de 4,7%. Et c'est surtout parmi les femmes urbaines que le chômage sévit le plus (30,8% durant le troisième trimestre contre 25,5% au cours du second trimestre 1999).

    Khadija MASMOUDI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc