×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Le chômage a atteint un pic en 2003

Par L'Economiste | Edition N°:1692 Le 27/01/2004 | Partager

. Les chômeurs représentent 6,25% de la population active mondialeDans son rapport annuel sur l'emploi dans le monde, le Bureau international du travail (BIT) estime que le chômage mondial est resté à des niveaux record dans le monde en 2003, avec 185,9 millions de personnes à la recherche d'un emploi. Le Bureau espère que la reprise économique amorcée en 2004 va se traduire par une décrue en 2004. Ainsi, le BIT évalue le nombre de chômeurs à 6,2% de la population active totale. L'augmentation est toutefois marginale par rapport à 2002, lorsque le BIT avait estimé le nombre des chômeurs à 185,4 millions de personnes.En outre, l'organisme dénombre 108,1 millions d'hommes, soit 600.000 de plus qu'en 2002, alors que le chômage des femmes a légèrement baissé, passant à 77,8 millions contre 77,9 millions en 2002. Les plus touchés ont été les jeunes de 15 à 24 ans (environ 88,2 millions de chômeurs), avec un taux de chômage “considérable” de 14,4%, selon le BIT.En détail, le taux de chômage des pays industrialisés s'est inscrit à 6,8% et à 9,2% dans les “pays en transition” (ex-bloc soviétique). Pour les pays en développement, le taux de chômage atteint 12,2% dans la zone Moyen-Orient/Afrique du Nord, 10,9% en Afrique subsaharienne, 8% en Amérique latine et Caraïbes et 6,3% en Asie du Sud-Est. L'Asie du Sud fait mieux avec 4,8%, de même que l'Asie de l'Est (3,3%).Pour 2004, le BIT note que la reprise économique semble freiner la détérioration de l'emploi dans le monde et que si la reprise se confirmait, cette tendance pourrait se maintenir tout au long de l'année 2004.“Il est trop tôt pour dire que le plus dur est passé”, a cependant déclaré Juan Somavia, directeur général du BIT. “Notre plus grande crainte est que, si la reprise s'essouffle en 2004 et que nos espoirs de créer des emplois en plus grand nombre et de meilleure qualité sont encore déçus, beaucoup de pays ne parviendront pas à réduire de moitié la pauvreté d'ici à 2015, ce qui est l'un des objectifs de développement pour le millénaire”, a déclaré Somavia. Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc