×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    L'application du Promar se généralise

    Par L'Economiste | Edition N°:87 Le 08/07/1993 | Partager

    En vue de développer l'économie rurale et de favoriser l'insertion des jeunes, le CNJA a propose le Promar, une méthodologie qui consiste à identifier les potentialités des régions pour les concrétiser dans des projets.

    LA Promotion des Activités Economiques en Milieu Rural (Promar) a fait l'objet d'une évaluation lors de la journée d'étude organisée par le CNJAl). La deuxième phase expérimentale doit débuter début juillet. Le but est d'étendre géographiquement le Promar.

    Son objet est de trouver une solution aux problèmes de chômage du monde rural. Elle implique la prise en compte de l'ensemble des variables qui constituent un frein à la création de l'emploi.

    Le Promar est un instrument de développement 1ocal. Son objectif est de promouvoir les activités économiques en milieu rural et de favoriser l'insertion des jeunes dans la vie active . Il permet d'identifier les potentialités de la commune ainsi que ses besoins en matière d ' activités économiques et culturelles. Pour cela, le Promar sélectionne les projets potentiels, puis les propose aux promoteurs qui disposent des qualifications requises pour les concrétiser.

    Opération pilote

    Une vingtaine de communes ont pu bénéficier de l'opération pilote. Des communes tests ont été sélectionnées pour éprouver et finaliser la méthode d'approche du Promar, avant la généralisation de l'action au niveau national. Elles ont été choisies dans le Nord, le Centre, le Sud, la Zone de montagne, la zone côtière.. . Cette opération a permis d'identifier et de recenser les projets. Les secteurs concernés sont variés. Parmi les 234 projets retenus à ce jour, on compte 74 projets petits métiers, 70 à caractère commercial, 28 projets d'élevage, 27 concernent l'agro-industrie, 20 relatifs à la production végétal, et le reste pour le divers.

    Pêche, tourisme

    Pour les secteurs de l'élevage, des petits métiers, du commerce, services - pêche - tourisme. Ils représentent 77% du nombre total des projets retenus. L'investissement total de l'ensemble de ces projets est estimé 140 millions de Dirhams. Le coût moyen par projet s'élève à 597.000 Dirhams . La répartition par classes de coûts des projets retenus permet de constater que près de 28% des projets ont un coût variant entre 100.000 et 500.000DH et que 65% de l'ensemble de ces projets ont un coût inférieur à 500.000DH. Ces projets doivent permettre de créer environ 1.346 emplois directs permanents, soit en moyenne 5,7 emplois par projet. Le montant total des crédits est estimé à environ 125 millions de Dirhams.

    Les principales contraintes à la promotion recensées sont essentiellement l'absence de plans d aménagement dans la plupart des centres. Elles constituent un frein à la création de zones d'activités économiques. Mais d'autres obstacles entravent le Promar, tels les problèmes liés au statut juridique des terres et l'absence de réserve foncière pour les communes. Concernant l'absence de plan d'aménagement, le CNJA préconise de sensibiliser les communes sur l ' importance des attributions qui leur sont conférées pour la promotion de I ' économie locale. "La charte communale de 1976 définit en effet les attributions des conseils communaux quant aux mesures à prendre pour promouvoir le développement économique local. Dans ce sens, la note n°1.714 du Ministre de l'lntérieur et de l'information en date du 19 avril 1992 recommande en particulier de prévoir une convention tripartite Etatcollectivités locales-banques (GPBM), pour assurer au Promar de meilleures conditions de réussite", expliquent les initiateurs de ce programme.

    La commune est appelée à contribuer directement ou indirectement à leur réalisation. La contribution indirecte de la commune se manifeste par l'examen minutieux des projets. Afin de susciter l'intérêt des investisseurs potentiels à concrétiser les projets identifiés, les communes sont appelées à étudier, puis à définir les avantages qu'elles seraient prêtes à consentir.

    Financement

    Deux types de moyens de financement pourront être utilisés dans le cadre du Promar. Le premier comprend les moyens propres des communes, qu'ils soient individuels ou collectifs, les crédits du Fonds d'Equipement Communal, les crédits bancaires et ceux consentis par les institutions financières spécialisées. Le second est constitué par les fonds propres des promoteurs, ainsi que les crédits des établissements bancaires. Le Promar tend à développer le rôle des collectivités locales dans le cadre du renforcement de la politique de décentralisation et de gestion locale des ressources. Pour assurer la mise en oeuvre et le suivi de ce programme, une structure ad hoc a été créée au niveau de la commune. Il s'agit d'une commission communale à composition restreinte mais non limitative. Elle est constituée du président du Conseil Communal, du secrétaire général, du rapporteur et de l'agent d'autorité locale. Toutefois, la possibilité est donnée de consulter toute personne dont la contribution sera jugée utile. Cette commission est le relais entre les différents intervenants. La mise en oeuvre des mesures adoptées a nécessité la participation et la concertation de toutes les parties concernées (les jeunes, les investisseurs et les collectivités locales). Une réflexion a été préalablement entreprise sur la maîtrise du développement des activités aussi bien agricoles que non agricoles. 

    En collaboration avec la BCP, le CNJA a organisé une journée d'étude relative au Promar, le 1er juillet 1993

    Coût et emploi moyen par projet et par secteur d'activité

    (Coût en 1.000 DH)

    Secteur d'activitéCoût moyen par projetCoût moyen par emploiNbr. Moyen d'emplois créés par projet
    Production végétale

    Elevage

    Mines

    Pêche

    Petite industries

    Petites métiers

    BTP

    Tourisme

    Commerce et services

    1.008,60

    698,59

    426,75

    102,38

    1.718,27

    231,4

    397,5

    365,75

    388,98

    142,06

    203,76

    28,45

    25,59

    91,4

    65,61

    72,27

    109,73

    127,24

    7

    3

    15

    4

    19

    4

    6

    3

    3

    Total596,93103,776

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc