×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    Economie

    Front de mer : L'extension des constructions pose à nouveau problème

    Par L'Economiste | Edition N°:87 Le 08/07/1993 | Partager

    Le schémas directeur du Grand Casablanca a mis en place les plans d'aménagement. Seuls quelques îlots échappent à la réglementation des lotissements, comme c'est le cas des groupements de cabanons Implantés depuis des années, la situation est gelée, mais il y a des abus.

    SITUATION anarchique sur les plages où les terrains en front de mer étendent leurs tentacules sur le domaine public, au bon vouloir des propriétaires des cabanons situés en première ligne. Pour l'instant le Ministère des Travaux Publics, Direction des ports, dont dépend I ' actualisation du domaine maritime, reste muet. Il faut dire que la situation est peu claire sur cette partie du littoral où sont implantés depuis de nombreuses années des cabanons, car l'aménageur n'a pas désiré lotir ces ensembles afin de ne pas bouleverser l'habitat existant.

    Actualisation autour d'EI Hank

    Pourtant tous les dix ans le ministère doit effectuer avec décret une actualisation du domaine maritime afin qu'il n'y ait pas de surprises lorsqu'il s'agira de lotir et d'aménager. Sur le littoral casablancais, le relevé n'a pas été fait depuis longtemps, car la situation n'était pas évolutive.

    Actuellement, selon l'Agence Urbaine, une actualisation est en cours vers le phare d'EI Hank; elle devenait nécessaire à cause du futur aménagement des abords de la Grande Mosquée et de la Corniche.

    On sait que de grands projets urbanistiques vont être réalisés sur cette partie du littoral. Selon la même source, il y aurait des surprises, et l'on a constaté que des terrains construits appartenant à des privés se trouvent sur le domaine maritime. On imagine les problèmes juridiques que cela soulève puisqu'il va falloir entamer des procédures d'expropriation.

    Le problème va se poser au niveau des plages où les cabanons (à Zenata, Paloma, aux Sablettes et à Manesman) sont devenus des maisons d'habitation sans qu'aucun permis de construire n'ait été délivré. On connaît le stratagème généralement utilisé: demande à la Commune de refaire le toit ou le revêtement du sol. S'agissant le plus souvent d'un problème d'étanchéité, l'administration communale accorde le permis. C ' est alors que les propriétaires en profitent pour refaire entièrement leur mai son en dur.

    "Dunes immobilières" (autrefois la SIF, société immobilière de Fédala) les propriétaires ont largement outrepassé leurs droits. ils construisent bien au-delà des limites de leur terrain sans être inquiétés le moins du monde; à l'heure où nous mettons sous presse et en deux jours seulement, des clôtures entières de près de 20 mètres ont été construites en front de mer. Le domaine public balnéaire est alors dénaturé .

    Il est grand temps de procéder à l' actualisation du domaine maritime pour ne pas courir le risque de faire jurisprudence. A quelques temps du sommet ministériel sur l'Environnement de juin 1993, la question mérite d'être étudiée.

    Jamal ENSOR

    La construction reprend de plus belle

    L'Agence Urbaine elle-même voit ses ordres appliqués avec parcimonie: on arrête une construction et l'on reprend de plus belle quelques semaines après. Ainsi, au fil des années se construit un tissu urbain balnéaire tout à fait anarchique.

    Certains jeunes urbanistes, afin de remédier à cette situation, vont jusqu'à dire que les présidents de communes devraient être plus courageux et délivrer des autorisations de construire en exigeant des plans. Au moins on sauverait l'essentiel: la qualité du cadre bâti.

    Le cas des Sablettes

    A la plage des Sablettes cependant la situation ne fait qu'empirer: depuis que les terrains en front de mer ont été vendus en propriété dite

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc