×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

L'aéroport Tanger Boukhalef en cours d’extension

Par L'Economiste | Edition N°:2559 Le 29/06/2007 | Partager

. Objectif: atteindre une capacité de 1,5 million de passagers. L’infrastructure certifiée Iso 9001Avec la mise en service imminente du port de Tanger-Med, la région se prépare à amorcer une nouvelle ère. La dynamique impulsée par ce vaste chantier structurant s’étend en effet à l’ensemble des provinces du nord. Le réseau routier est en cours d’amélioration et les unités d’hébergement touristiques sont en hausse. De fait, Tanger a l’ambition d’organiser l’Exposition internationale de 2012, si son dossier est reçu par le Bureau international des expositions (cf. www.leconomiste.com). Une manifestation qui pourrait drainer des millions de visiteurs. Aussi la ville a lancé la mise à niveau de ses infrastructures de base. Le processus a concerné aussi l’aéroport Tanger Boukhalef. Les efforts de l’Office national des aéroports (ONDA) ont porté leurs fruits et ce dernier vient de décrocher sa certification ISO 9001 version 2000. Un pas de géant pour cette structure en phase avec le développement de toute la région. A noter aussi que Tanger est le quatrième aéroport marocain à être certifié ISO et ce dans le cadre des services rendus aux passagers, aux compagnies aériennes et aux usagers ainsi qu’en matière de navigation aérienne. La remise officielle du certificat IÒs∑Ò∑O qui s’est déroulée, mardi dernier, à la wilaya de Tanger, a été suivie par une charte de développement durable signée par le directeur de l’aéroport Ibn Battouta de Tanger. Par ailleurs, l’aéroport de Tanger connaît actuellement d’importants travaux d’extension en prévision de la hausse du trafic. «Et en octobre prochain, la nouvelle aérogare de près de 10.000 m2 sera mise en service et passera d’une capacité de 450.000 à 1,5 million de passagers par an», indique Abdelhanine Benallou, directeur général de l’ONDA. Mais cette capacité risque d’être rapidement saturée en raison de l’engouement des investisseurs et des touristes. «Si le besoin se fait sentir, nous pourrons lancer d’autres extensions pour mettre à niveau l’aéroport de Tanger», ajoute le directeur général de l’Office. A noter que la piste d’atterrissage de l’aéroport n’aura pas besoin de réaménagements particuliers. D’une longueur totale de 3.500 m sur 45 de large, elle est apte à accueillir tout type d’avion même les gros porteurs genre 747.Mais les équipements liés à la navigation seront par contre mis à niveau. Il s’agit d’améliorer les capacités d’atterrissage en passant de la catégorie I à la catégorie II. L’investissement prévu est de 70 millions de DH. Il inclura aussi la mise en place d’une aire de parking plus grande ainsi que l’aménagement d’une aire dédiée aux avions d’affaires. Il s’agit aussi de rendre l’aéroport plus attractif pour les compagnies aériennes. L’ONDA assure y travailler avec à la base un argument commercial incitatif. En effet, une réduction conséquente sur les taxes et redevances aéroportuaires a été consentie. Ce qui n’a pas manqué de séduire plusieurs compagnies aériennes telles que Hopag, TUI airlines, TNT, Jet4you, Aigle Azur, etc. L’ONDA s’est aussi engagé, sur demande du wali de Tanger Mohamed Hassad, de démolir l’ancienne aérogare, jugée non conforme au standing auquel aspire Tanger.


Les bagages, un problème

Le traitement des bagages à l’aéroport de Tanger constitue l’un des maillons faibles de l’aéroport Tanger Boukhalef. Selon des témoignages, l’attente peut aller jusqu’à une heure et demie entre la descente de l’avion et la sortie des bagages. Le manque d’équipement et l’absence de signalisation des vols sur les bandes de bagages compliquent encore plus la situation. Suite aux nombreuses plaintes, Abdelhanine Benallou, directeur général de l’Office national des aéroports (ONDA), a assuré que des mesures seront prises. «L’attente ne devrait pas durer plus de 25 minutes entre l’arrivée et la récupération des bagages», promet le DG de l’Office. De notre correspondant, Ali ABJIOU

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc