×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Société

La «négritude» perd l’un de ses défenseurs

Par L'Economiste | Edition N°:2759 Le 18/04/2008 | Partager

. Un concept forgé avec Léopold Sédar Senghor. Il a lutté pendant 70 ans contre le racisme et le colonialismeLe poète français Aimé Césaire, 94 ans, originaire des Antilles, est décédé jeudi 17 avril. La France organisera des obsèques nationales pour le chantre de la «négritude», les cérémonies pourraient s’étaler sur trois jours. Figure emblématique des Antilles françaises, il a lutté contre le colonialisme et le racisme pendant 70 ans. Son combat contre la colonisation avait même trouvé des échos jusqu’en Afrique ou aux Etats-Unis. Auteur de théâtre, essayiste, écrivain et homme politique de gauche, il a beaucoup milité pour défendre la cause de ses compatriotes. «Il y a chez moi ce besoin de rugir parce que les Antillais, descendants d’esclaves, êtres déchirés, ont été opprimés, dépouillés de notre langue et de notre terre», disait Aimé Césaire en 1993.Né en 1913 à Basse-Pointe, sur la côte nord de la Martinique dans une famille de petits fonctionnaires, il avait été confronté très jeune à la misère de la population rurale d’une île marquée par deux siècles d’esclavage, qui avait alors le statut de colonie.Etudiant à Paris dans les années 1930, il avait forgé avec le Sénégalais Léopold Sédar Senghor et le Guyanais Léon Gontran Damas le concept de la «négritude», la conscience de l’identité noire, la «fierté d’être nègre» et de revendiquer ses origines africaines. La «négritude» avait rapidement débordé le cadre des seuls intellectuels français pour se répandre dans les pays colonisés, en Afrique, dans les Caraïbes et, au-delà, chez les militants noirs américains en lutte pour les droits civiques. Son message avait dès lors pris un caractère universel, notamment après la publication de son «Discours sur le colonialisme» en1950.Maire de Fort-de-France en Martinique, Aimé Césaire faisait l’objet d’un véritable culte dans l’île, où la population l’appelait affectueusement «Papa Césaire».Venu à la politique «par hasard», comme il aimait à dire, il avait notamment été en 1946 le rapporteur de la loi sur la départementalisation des territoires de Martinique, Guyane, Guadeloupe et de La Réunion. En plus de la politique, Aimé Césaire a aussi consacré sa vie à l’écriture de recueils de poèmes, de pièces de théâtre et d’essais littéraires. Son recueil le plus connu est «Cahier d’un retour au pays natal». A noter qu’il a aussi co-signé deux ouvrages avec Mehdi Qotbi et Picasso.N. B.

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc