×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

La grippe aviaire continue à se répandre dans le monde

Par L'Economiste | Edition N°:2226 Le 03/03/2006 | Partager

. L’Afrique considérée comme le continent le plus fragile. Des morts suspectes en Indonésie. Les USA gonflent leur stock d’antiviraux. Maroc, Tunisie, AlgérieAucun cas encore déclaré par les autorités.. Deux nouvelles morts suspectes en IndonésieDeux enfants indonésiens, un frère et une soeur, sont morts dans la province centrale de Java avec des symptômes proches de ceux de la grippe aviaire, a-t-on appris le 2 mars de source hospitalière. Les deux enfants avaient été en contact avec des poulets malades d’un élevage voisin, est-il expliqué. Des prélèvements ont été envoyés pour analyse afin de confirmer ou d’infirmer la grippe aviaire à l’origine des décès. . Premier cas de grippe aviaire détecté en SerbieUn cygne trouvé mort dans le nord de la Serbie avait été infecté par le virus H5 de la grippe aviaire, a annoncé le 2 mars le ministère de l’Agriculture. Des analyses effectuées par deux instituts en Serbie ont démontré la présence du virus H5, selon le communiqué. Les prélèvements seront également envoyés au laboratoire britannique de référence mondiale Weybridge pour confirmation de ces résultats. . UE: Les chats enfermés dans les zones touchéesLes experts vétérinaires de l’UE ont recommandé par précaution d’enfermer les chats et de garder les chiens en laisse dans les zones touchées par le virus H5N1 de la grippe aviaire. Les experts de l’UE ont estimé que dans les zones où le H5N1 a été confirmé sur des oiseaux sauvages, «les contacts entre des carnivores domestiques, particulièrement les chats, et les oiseaux sauvages devraient être empêchés», selon une déclaration publiée par la Commission européenne le 1er mars. «C’est-à-dire que les chats devraient être gardés à l’intérieur et que les chiens devraient être gardés en laisse ou bridés d’une autre façon et gardés sous la responsabilité du propriétaire», ont-ils précisé. Les experts de l’UE ont toutefois estimé que la découverte du virus chez un chat n’augmentait pas le risque de transmission à l’homme. . Risque élevé en Erythrée, selon l’OMSL’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré le 2 mars qu’il y avait un risque élevé que l’Erythrée soit prochainement touchée par la souche H5N1 du virus de la grippe aviaire. «Le risque est très élevé pour l’Erythrée, car il y a eu des cas confirmés en Egypte et des cas, non confirmés, en Ethiopie», a expliqué le représentant de l’OMS en Erythrée, le Dr Andrew Kosia. L’Erythrée partage une frontière de plus de 1.000 kilomètres de long avec l’Ethiopie, et sa pointe nord n’est qu’à environ 500 kilomètres du sud de l’Egypte. En Ethiopie, plus de 6.000 poulets sont morts depuis la mi-février de la grippe aviaire, selon les autorités d’Addis Abeba, qui n’ont pas encore déterminé s’il s’agissait ou non du redoutable virus H5N1. . Enquête sur les morts suspectes d’oiseaux aux Bahamas Des experts enquêtaient le 1er mars sur l’origine de la mort soudaine et suspecte d’oiseaux dans une île dans le sud des Bahamas pour déterminer s’ils étaient porteurs du virus H5N1 de la grippe aviaire. Si tel était le cas ce serait la première fois que serait détecté sur le continent américain le virus H5N1 et qui provoque la grippe aviaire. Les oiseaux morts, dont des flamants roses, ont été trouvés par un gardien sur l’île de la grande Inagua qui abrite un grand centre de reproduction pour les flamants roses dont le nombre peut aller jusqu’à 55.000. Cette île est aussi une escale pour les oiseaux migrateurs traversant l’Atlantique. . Les USA se ravitaillent en antiviraux Les Etats-Unis ont accru leurs commandes d’antiviraux Tamiflu et Relenza pour pouvoir traiter 25% de leur population en cas de pandémie de grippe d’origine aviaire, a annoncé le 1er mars le secrétaire à la Santé, Mike Leavitt. Le ministère a commandé 12,4 millions de traitements de Tamiflu (oseltamivir) produit par le groupe helvétique Roche et 1,75 million de traitements de Relenza (zanamivir), commercialisé par le laboratoire britannique GlaxoSmithKline, a-t-il précisé dans un communiqué. Ces 14,15 millions de traitements antiviraux s’ajouteront aux 5,5 millions déjà stockés dans la réserve nationale stratégique. L’objectif de Washington est de disposer de 80 millions de ces traitements antiviraux. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc