×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

BCE: Prémices d’une hausse du taux directeur

Par L'Economiste | Edition N°:2226 Le 03/03/2006 | Partager

. Les gardiens de l’euro ont martelé leurs mises en gardeLE Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) s’est réuni, jeudi 2 mars, a annoncé un porte-parole de l’Institut de Francfort, qui devrait selon toutes les attentes annoncer un léger relèvement des taux d’intérêt. Economistes et marchés attendent une hausse d’un quart de point à 2,50% du principal taux directeur. La BCE avait remonté ses taux en décembre, déjà d’un quart de point, après deux ans et demi de statu quo. La décision ne fait guère de doute: les gardiens de l’euro ont martelé leurs mises en garde contre des risques de dérapage des prix depuis plusieurs semaines. Et le président de l’Institut, Jean-Claude Trichet, a qualifié plus d’une fois de «raisonnables» les attentes à court terme des marchés financiers, qui ont intégré une hausse d’un quart de point en mars. Pour le Français, les risques d’inflation à moyen terme augmentent, nourris par le pétrole cher, les relèvements prévus d’impôts indirects et de tarifs de services administratifs. Il craint surtout que la poussée des prix de l’énergie n’encourage les syndicats à revendiquer des hausses de salaires plus élevées, entraînant une spirale inflationniste. L’inflation dans les 12 pays de la zone euro a certes ralenti en février, avec un taux à 2,3% sur un an (après 2,4% en janvier), mais reste supérieure à la limite de la BCE, pour qui la stabilité des prix est garantie quand l’inflation et proche mais en dessous de 2%. Autre sujet d’inquiétude pour lui: les crédits au secteur privé continuent leur irrésistible ascension, nourrissant les craintes de voir une bulle spéculative éclater dans le secteur immobilier. Parallèlement, les signes d’une reprise dans la zone euro se multiplient au fil des statistiques, principalement des sondages de confiance auprès des industriels et des consommateurs, renforçant pour la BCE l’hypothèse d’un redémarrage progressif de l’économie. A noter que le vice-président de la Banque centrale européenne (BCE), Lucas Papademos, va prendre en charge la direction économique de l’institut, une position clef occupée par l’Allemand Otmar Issing dont le mandat expire fin mai, a affirmé le Süddeutsche Zeitung de jeudi 2 mars. L’euro évoluait en légère hausse face au dollar jeudi, dans l’attente de voir la Banque centrale européenne (BCE) porter ses taux à 2,50% et éclairer le marché sur les perspectives monétaires à moyen terme.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc