×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Belgique: Voyage à travers le temps

Par L'Economiste | Edition N°:2226 Le 03/03/2006 | Partager

. Musées, églises, monuments, témoignent du passé glorieux. Caractéristiques et spécificités des régions-pharesDécouvrir l’ABC de l’art en Belgique n’est pas un euphémisme, loin s’en faut. Anvers, Bruges, Gand, sont trois villes d’art incontournables. Depuis des siècles, la Flandre possède une réelle tradition artistique: les Primitifs flamands, Rubens, Ensor… ne sont que quelques exemples parmi d’autres. Tous font partie du patrimoine artistique mondial et sont l’objet d’expositions aux quatre coins de la planète. Mais nulle part ailleurs vous n’aurez meilleure vision et appréciation de la peinture des Pays-Bas du sud que dans ces trois cités flamandes. Trois musées d’histoire d’art racontent l’histoire de l’art flamand du XVe au XXIe siècle. Tout d’abord, le musée royal des Beaux-arts d’Anvers propose un regard sur la peinture baroque de Rubens et d’autres maîtres. Puis le Groeninge à Bruges qui abrite quelques Primitifs flamands les plus célèbres comme Van Eyck et Memling. Quant au musée des Beaux-arts de Gand, il offre une vue d’ensemble magnifique de la peinture des XIXe et XXe siècles, avec des œuvres superbes de Permeke, Ensor, Magritte…Quant aux caractéristiques des trois cités flamandes (Anvers, Bruges, Gand), nous dirons pour la ville d’Anvers, qu’elle est éternellement liée à l’artiste Rubens (qui y est né en 1557). Une cinquantaine de ses toiles et peintures à l’huile ornent les musées et les églises de la ville. Ses œuvres s’admirent partout dans le monde: Londres, Madrid, Munich, Paris, Washington… Dans la patrie de cet artiste aux talents multiples, le visiteur peut découvrir sa maison, son atelier et sa tombe. Anvers a par ailleurs une longue tradition du commerce et du traitement de la jouaillerie du diamant. Depuis le XVe siècle, la ville joue un rôle important dans le commerce et l’industrie diamantaire. Aujourd’hui encore, le premier centre de commerce de diamant est établi à Anvers, sur à peine 1 km2. C’est là que sont commercialisés 40% du diamant industriel, près de 85% des diamants bruts et 50% des diamants taillés, soit un chiffre d’affaires annuel de l’ordre de 26 milliards de dollars. Le secteur diamantaire représente 8% des exportations belges. Il est donc un pilier important de l’économie et un ambassadeur de poids.Bruges ne se résume pas à un seul qualificatif. Grâce à un impressionnant patrimoine historique, artistique et culturel, la ville a acquis une renommée européenne en qualité de cité d’art et de centre touristique. Le chœur historique a été classé au patrimoine mondial de l’Unesco en 2000. Le tracé médiéval de ses rues, ses canaux tortueux et ses forteresses vertes font de Bruges un pôle d’attraction qui attire chaque année des milliers de visiteurs (environ 4 millions). Des hôtels installés dans des bâtiments historiques, une cuisine raffinée et unanimement appréciée, une offre récréative de qualité, Bruges a tout ce qu’il faut pour faire honneur à sa réputation de ville de vacances. Gand se trouve à 45 minutes. Si vous visitez Gand, attendez-vous à un voyage époustouflant à travers le temps. Un dragon qui garde la ville et une corde au cou comme symbole. C’est pour cause de désobéissance, faux en écriture, émeute, rébellion et lèse-majesté que les Gantois furent condamnés en 1537 par Charles-Quint à une humiliation publique. Ils durent défiler dans les rues pieds nus, en chemise et avec une corde autour du cou. Ils le font chaque année, la tête fièrement levée en signe de leur obstination. Le quartier médiéval avec son château des Comtes de Flandre, ses trois tours et «l’Agneau mystique», chef-d’oeuvre du XVe siècle mondialement connu, témoignent d’un passé glorieux. Gand a vécu au XIXe et XXe siècles une époque très riche en évènements dont elle a su garder l’empreinte. C’est ainsi le cas pour la fondation de l’université et pour l’industrialisation accélérée qui lui a valu le nom de «Manchester du continent». Durant cette période, la ville fut aussi un bouillon de culture, les différents courants artistiques sont tous représentés dans la collection du musée des Beaux-arts de Gand. C’est ici aussi que fut formé le poète Maurice Maeterlinck, tout comme les artistes Théo van Rysselberghe et Georges Minne. Ce dernier devint l’initiateur de la célèbre école de Laetherm. Au début du XXe siècle, Gand devint le centre de l’expressionnisme, dont les principaux représentants furent Frans Masereel, Frits van den Berghe, Gustave van de Woestyne et Gustave de Smet.Au sud de la ville, la Lys traverse une région pastorale et lumineuse. Quelques grands artistes, tels que Permeke, Gustave de Smet et Georges Minne y trouvèrent la tranquillité et l’inspiration nécessaire pour réaliser quelques-unes de leurs plus belles œuvres. Les œuvres d’arts réalisées sont à l’image du paysage environnant. «C’est une ville magnifique, le lieu de rencontre de quatre rivières: l’Escaut, la Lys, la Lieve et la Moere. Un réseau d’eau courante qui divise la ville en 26 îles. Avec ses barques, ses ponts et le reflet des vieilles façades dans l’eau, Gand est une sorte de Venise du Nord», disait Victor Hugo.


L’Atomium a ouvert ses sphères

En 1958, l’Atomium faisait courir les foules. Amateurs ou professionnels, ils furent des milliers à filmer ses boules. Pour la petite histoire, il faut savoir que le métier d’hôtesse d’accueil a été créé à l’occasion de l’exposition universelle organisée en Belgique en 1958. Construit à l’occasion de l’exposition universelle sur le plateau du Heysel, l’Atomium est une réalisation spectaculaire qui a fait peau neuve et vient d’ouvrir ses portes au public (18 février 2005). Avec plus de 4.000 entrées à ce jour, la molécule géante compte 9 sphères en acier reliées les unes aux autres par des tubes qui représentent les forces que les différents atomes exercent les uns sur les autres. La construction mesure 102 mètres de hauteur. Les sphères ont un diamètre de 18 mètres et pèsent chacune environ 250 tonnes. Les escaliers roulants installés dans les tubes sont parmi les plus longs d’Europe. En effet, le plus long mesure 35 mètres. Ils peuvent transporter plus de 3.000 personnes à l’heure. Salle panoramique (séminaires), restaurants, activités ludiques… sont également possibles dans l’enceinte de l’Atomium.


Un nouveau produit touristique!

Comment rejoindre Bruxelles via Casablanca? La compagnie SN Airlines (en codshare avec la RAM) assure 4 vols par semaine en direction de la capitale européenne. «A partir de la fin du mois de mars, nous allons passer à 5 correspondances, puis à 7 dès le mois de juin», indique Abdelfatah Filali, directeur de SN Airlines Maroc. La connexion entre Bruges, Gand et Anvers est assurée grâce à une excellente infrastructure ferroviaire et autoroutière.Une réflexion entre la compagnie aérienne, les agences de voyages et les responsables du tourisme belge est en cours pour la mise en place d’un produit qui comprendrait le vol (aller-retour), l’hébergement, la restauration, les excursions (musées…) et des navettes qui relieront Bruxelles, Anvers, Gand et Bruges. Selon des professionnels du secteur, le montant du «package» ne doit pas dépasser 12.000 dirhams pour le touriste marocain.Rachid HALLAOUY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc