×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    La grève gagne les chemins de fer

    Par L'Economiste | Edition N°:465 Le 17/03/1999 | Partager

    · Le Syndicat des Cheminots affilié à la CDT observera demain des sit-in dans six villes

    · L'ONCF propose une enveloppe annuelle supplémentaire de 33 millions de DH

    · Le Syndicat veut 40 millions


    Demain, les cheminots entreront dans une grève de 24 heures. Le Syndicat National des Cheminots (SNC-CDT) a annoncé des sit-in dans six villes: Casablanca, Rabat, Tanger, Meknès, Marrakech et Safi. Les responsables de l'Office assurent que les trains vont quand même circuler pendant cette période. Cette affirmation n'est pas contredite par M. Abderrahim El Hachimi, secrétaire général du Syndicat qui précise que "les trains seront conduits par le personnel militaire".
    La décision de la grève a été prise lors de la session extraordinaire du SNC convoquée le 7 mars.
    L'objectif consistait à expliciter la position du Syndicat après la rencontre du 18 février, tenue sous l'égide du Ministère du Transport et de la Marine Marchande. Cette rencontre a rassemblé les partenaires sociaux et l'administration de l'Office. "Après 8 mois de négociations, l'Administration a élaboré un protocole qui insiste sur la nécessité de l'application du règlement au lieu de répondre au cahier revendicatif du personnel", affirme M. El Hachimi.

    Le SNC brandit son veto


    Selon un communiqué de l'ONCF, quatre organisations syndicales des plus représentatives du personnel ont participé à cette réunion. Il s'agit de la Fédération Nationale des Travailleurs du Rail-UMT qui représente 41,8% du personnel, du Syndicat National des Cheminots-CDT (39,68%), de la Fédération Nationale des Chemins de Fer-UGTM (9,52%) et de la Fédération Nationale Populaire des Cheminots-SNP (9%).
    Le communiqué précise que le protocole d'accord a été signé par tous les syndicats présents à part la centrale de M. Noubir El Amaoui. Cette dernière a brandi son veto sur l'enveloppe annuelle supplémentaire réservée au personnel. En vertu de ce protocole, l'Office s'est engagé à décaisser 33 millions de DH pour ses employés, applicable depuis janvier dernier. Le SNC demande de porter ce chiffre à 40 millions de DH. Le communiqué rappelle par ailleurs que la gestion des services sociaux de l'Office sera déléguée aux représentants du personnel.
    Le SNC s'est élevé aussi contre "la politique de compression indirecte" pratiquée par l'Office (retraites anticipées, non-recrutement du personnel...). "Le résultat financier de l'entreprise a connu une hausse très importante qui n'a pas entraîné l'augmentation des charges du personnel", indique M. El Hachimi. Selon lui, le résultat net de l'Office, négatif en 1995 (-609 millions de DH), est passé au vert avec +21 millions de DH en 1998. Les charges du personnel ont diminué, passant de 703,4 millions de DH en 1995 à 627,8 en 1998. Parallèlement, les effectifs ont été réduits (de 13.782 en 1995 à 11.200 en 1998).

    Nadia LAMLILI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc