×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    La dimension sociale du projet de budget

    Par L'Economiste | Edition N°:741 Le 06/04/2000 | Partager

    . Généralisation de la promotion interne, facilitation de l'accès au logement social et création de 17.453 emplois, les principales nouveautés du budget
    . Le démarrage de l'ANAPEC et de l'ADS


    La dimension sociale sera soutenue dans le projet de budget 2000. La promotion de l'emploi et l'accès de la population à l'éducation et à la santé de base sont les axes sur lesquels le gouvernement continuera à travailler pendant le deuxième semestre 2000. Dans le cadre du dialogue social, l'équipe Youssoufi a adopté deux mesures. La première porte sur la généralisation de la promotion hors quota à l'ensemble des fonctionnaires, à l'instar de ceux des Départements de la Santé Publique et de l'Enseignement. C'est l'une des grandes revendications des syndicats qui a été derrière l'échec du dernier round du dialogue social du 3 décembre dernier. Pour le gouvernement, même si cette mesure alourdissait sensiblement la masse salariale et perturbait le principe de la maîtrise des dépenses, elle détendra le climat social et renforcera le pouvoir d'achat des bénéficiaires.
    La deuxième mesure concerne la facilitation de l'accès des fonctionnaires au logement social. Le financement de cette opération sera assuré par les réserves constituées à partir du prélèvement de 2% sur le budget d'investissement public. En clair, des aides seront octroyées aux fonctionnaires ayant un revenu annuel inférieur à 43.200 DH. Il s'agit d'une avance remboursable non productive d'intérêt égale au maximum à 10% de la Valeur Immobilière Totale (VIT) du logement à acquérir. Le plafond de cette avance est fixé à 15.000 DH.

    Lutte contre la pauvreté


    A part le dialogue social, le projet de budget prévoit le renforcement de la cohésion sociale. La promotion de l'emploi des jeunes sera maintenue. 17.453 emplois directs seront ainsi créés. La plupart de ces nouveaux postes seront accordés à l'Education Nationale pour répondre aux besoins de la généralisation de l'Enseignement. A part cette disposition en faveur de l'emploi direct, le gouvernement n'a pas annoncé de mesures nouvelles concernant les autres modes d'insertion. La formation insertion et l'insertion par la promotion de l'entreprise seront poursuivies. Ce dernier mode sera financé par deux fonds. Le premier: le Fonds pour la Promotion de l'Emploi des Jeunes sera crédité de 75 millions de DH dans la Loi de Finances 2000. Ce qui portera l'enveloppe globale de ce Fonds depuis sa création en 1994 à 1,47 milliard de DH. Le deuxième: le Fonds de Soutien des Jeunes Promoteurs. A fin décembre 1999, le coût d'investissement global a atteint 5,14 milliards de DH dont 2,56 proviennent des Caisses de l'Etat. Il a bénéficié à 10.034 jeunes promoteurs et a permis la création de 39.417 emplois.
    Pour ce qui est des autres actions sociales, quelques-unes seront initiées pour la première fois, d'autres poursuivies. Ainsi, la réforme de l'intermédiation au niveau du marché du travail sera possible grâce à la création de l'Agence Nationale de Promotion de l'Emploi et des Compétences (ANAPEC). Les missions de cette agence porteront sur l'assistance des jeunes et la régulation du marché de l'emploi.
    Pour la lutte contre la pauvreté, un rôle important sera accordé à l'Agence pour le Développement Social (ADS), dont le projet de loi a été adopté au Parlement en 1999. Cette agence sera chargée d'améliorer l'accès des populations défavorisées aux services sociaux de base et leur permettra de développer des activités génératrices de revenus.
    La généralisation de la couverture médicale à l'ensemble de la population salariée et la réforme de la CNOPS figurent au programme de travail du gouvernement pour le deuxième semestre 2000.

    Nadia LAMLILI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc