×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Culture

    La culture amazigh fêtée à Fès

    Par L'Economiste | Edition N°:1975 Le 10/03/2005 | Partager

    . Chants, danses, hommages et réflexions au rendez-vous. Un nouveau coup de pouce à la promotion du patrimoine national C’est à partir d’aujourd’hui que l’élite culturelle se retrouvera à Fès, trois jours durant, pour la 1re édition du Festival de la culture amazigh. La cérémonie d’inauguration aura lieu à 15 heures au Palais des Congrès. Un hommage sera rendu à Mohamed Chafik et Mohamed Rouicha, deux grandes personnalités amazigh. Le premier est l’ex-recteur de l’Institut royal de la culture amazigh, connu pour ses publications et son vaste apport à la langue et à la culture amazigh. Le second est ovationné pour son apport à la chanson de l’Atlas. Les chanteurs Ammouri M’barek (Souss) et Firdaous Tiziri (Rif) seront à l’honneur au cours des prochains jours. C’est avec un programme riche et varié que la capitale spirituelle du Royaume accueille ce festival. Outre le volet consacré à la chanson et la poésie amazigh, un colloque sur «le substrat amazigh de la culture marocaine» est prévu. Ce dernier promet une réflexion prenant en compte les différentes composantes culturelles du Maroc et visant la consolidation du développement et du processus d’ouverture que connaît notre pays. «L’histoire et l’héritage amazigh», «Amazighité et intégration sociale», «Amazighité, composante fondamentale de la culture marocaine» et «la langue amazigh, dialectologie et standardisation» figurent parmi les principaux thèmes qui seront débattus. Organisée par l’Association Fès-Saiss en collaboration avec le Conseil de la ville, l’Université Sidi Mohamed Ben Abdellah et l’Institut royal de la culture amazigh, cette manifestation s’inscrit dans une dynamique de promotion de la culture amazigh. «Composante fondamentale du patrimoine culturel marocain, cette culture est aussi riche que variée», indique Moha Ennaji, directeur du festival. Pour preuve, l’histoire qui nous enseigne que le substrat amazigh de la culture marocaine est irréductible. «Et par ailleurs, ajoute Ennaji, les différentes composantes de la société marocaine ont toujours œuvré ensemble pour la construction et le développement du pays». «L’influence et l’apport de la culture amazigh à travers les siècles jusqu’à nos jours ont été toujours très importants et considérables aux niveaux de la création artistique, de la littérature orale, de la chanson et de la danse», relève encore le directeur du festival. Et d’expliquer qu’en dehors du folklore (poésie, chant et danse), la culture amazigh est représentée par un art décoratif sophistiqué. Un art qui apparaît particulièrement dans le tapis et la céramique, sous forme de dessins géométriques. Ces derniers reprennent souvent les caractères de l’alphabet tifinagh. Cette culture se manifeste aussi dans l’architecture des casbahs de l’Atlas et du sud marocain, dans les noms de personnes et de lieux. Le responsable du festival note aussi que la toponymie marocaine témoigne partout de la présence tamazigh dans les noms de villes ou de villages, les lieux-dits, les noms de rivières, de montagnes, de cols, etc. Il est utile de signaler à ce sujet que la quasi-totalité des appellations géographiques marocaines commençent par un A, un I, un T, et aussi par un U (soit OU). Ce qui signifie qu’ils sont d’étymologie amazigh. Dans sa lecture, Ennaji souligne aussi que la culture amazigh a eu un grand impact sur le mode de vie de la population marocaine, sur ses coutumes et ses traditions. Pour lui, non seulement la langue amazigh a impacté le parler marocain marocain mais a eu aussi une influence sur la chanson arabophone. Ce brassage culturel, mêlant l’amazigh et l’arabe a engendré une symbiose et une richesse culturelle remarquable. Et c’est ce qui caractérise le Maroc d’aujourd’hui.


    Dialogue et cohésion sociale

    Le festival de la culture amazigh œuvre à la consolidation des valeurs de la paix, de dialogue et de cohésion sociale. Ces valeurs qui célébrent la diversité culturelle constituent le fondement des valeurs universelles, dont celle, fondamentale, de la liberté. C’est ce que disent les organisateurs. Pour eux, la culture amazigh est profondément ancrée dans la société et appartient à tous les Marocains. Il est donc essentiel de la faire connaître aux jeunes. Ce volet constitue l’un des enjeux majeurs de la manifestation. La culture amazigh étant propice à l’enrichissement de l’être et à l’élévation de l’âme, ce festival est une opportunité pour réunir toutes les composantes de la culture marocaine.


    Programme

     . Exposition et projectionMahjoubi Aherdane exposera ses beaux tableaux à l’Hôtel Jnane Palace où se dérouleront les festivités artistiques. La fondation Benjelloun fera la projection d’un film sur les écoles rurales dans la région du Rif. . Activités artistiquesJeudi 10 Mars:  21:00 – Jnane PalaceMohamed Rouicha et sa TroupeVendredi 11 Mars:   15:30 :  Place Bab Boujloud : Ammouri M’barek et sa TroupeVendredi 11 Mars: 21:00 – Jnane PalaceAmmouri M’Barek et sa TroupeSamedi 12 Mars: 14:30 – Champs de coursesFantasiaSamedi 12 Mars  21:00  – Salle BathaFerdawsse Thaziri et sa TroupeDimanche 13 Mars 15:00 – Place Bab BoujloudFerdawsse Thaziri et sa troupe 

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]m
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc