×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    Culture

    Hommes/femmes, des relations qui s’enveniment?

    Par L'Economiste | Edition N°:1975 Le 10/03/2005 | Partager

    . Trop brusque remise en cause des traditions. L’évolution des femmes ferait peurLe Maroc est choqué: la société d’un point de vue historique a toujours été “très stable”. Les rôles garçon/fille étaient “tracés d’avance”. L’évolution brusque de ces rapports s’effectuerait donc “dans la douleur”. C’est le constat de Naâmane Guessous, sociologue et écrivain qui animait, le 8 mars à la RAM Académy, une conférence sur “L’évolution de la relation hommes/femmes au sein de la société marocaine”. Naâmane Guessous analyse l’évolution du Maroc et de la société musulmane sans prendre de pincettes. Les rapports entre les deux sexes évolueraient trop brutalement. Bilan: “On nage en plein chaos, sans possibilité de recul”. La sociologue s’explique: “La modernité est arrivée au galop, nous allons vivre dans le paradoxe”. Dans l’analyse de Guessous, il n’y a pas d’épanouissement, pas d’harmonie entre les deux sexes. L’introduction de la femme dans l’espace public a changé la donne. Des hommes et des femmes condamnés à se regarder en chiens de faïence? Hypocrisies, confusions et drames couveraient. “1/3 des mariages des jeunes aujourd’hui se soldent par un divorce”. Fini les compromis, une jeune femme autonome financièrement qui ose aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte… Les deux sexes parleraient bien désormais deux langages différents. L’homme est tiraillé entre tradition et modernité au sujet de sa future femme. “Il veut une femme qui en impose, mais en même temps, il veut qu’elle assure au foyer”, avance la sociologue. “Or la femme travaille 8 heures par jour, elle n’y arrive plus!”Cette dernière en prendra aussi pour son grade. Elle exigerait de son homme plus de tendresse tout en lui demandant de rester viril. Des imbroglios à se retourner le cerveau. L’harmonie au sein du couple passera nécessairement par une égalité des statuts. Une issue? “il faut réfléchir à une manière d’assainir les relations”, tranche la sociologue.Anissa Chami, écrivain essayiste et présidente du Centre de recherche méditerranéen évoquera la récente polémique suscitée par le plan d’action social du Maroc. L’évolution des femmes ferait peur. “Les femmes sont toujours marginalisées dans l’espace public”. Elle s’interroge: Pourquoi ce changement est-il perçu comme une violence? Le statut de la femme a certes bel et bien évolué. “Elles introduisent d’autres valeurs, d’autres comportements. Mais seraient, a contrario, plus conservatrices que la gent masculine”.Céline PERROTEY

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc