×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

La crise économique va peser sur les dépenses militaires US

Par L'Economiste | Edition N°:2953 Le 30/01/2009 | Partager

. Les tensions persistent sur le partage du fardeau en Afghanistan. Et avec leurs alliés de l’OtanLa crise économique va peser sur les budgets de défense dans le monde entier, compliquant notamment la tâche du nouveau président américain Barack Obama en plein débat sur le «partage du fardeau» en Afghanistan, selon le rapport annuel du groupe de réflexion IISS.Dans son rapport sur les forces armées dans le monde «Military Balance 2009» publié cette semaine, l’Institut international d’études stratégiques estime que la volonté de Obama de réduire les troupes américaines en Irak et de renforcer l’effort militaire en Afghanistan va créer des tensions avec ses alliés de l’Otan, qui doivent se serrer la ceinture. La nouvelle administration américaine, qui, à peine installée a rapidement pris le contre-pied de l’équipe Bush sur plusieurs grands sujets de politique étrangère, subira plus que jamais la contrainte de ses priorités nationales, prévient le groupe de réflexion.Le Pentagone «devra mettre en perspective (ses priorités militaires) dans le contexte de la crise économique qui ne manquera pas de remettre en cause le niveau des dépenses en matière de défense», écrit James Hackett, rédacteur en chef du rapport. «Les nations qui ont dépensé des sommes considérables dans des opérations à l’étranger (...) verront à l’avenir leurs budgets militaires mis sous pression par la nécessité de dépenser davantage sur d’autres priorités nationales», selon le rapport. «Bien que les conséquences à long terme de la crise bancaire sur les finances publiques ne soient pas encore claires, la façon dont les gouvernements vont trouver l’équilibre entre ces priorités contradictoires sera de première importance dans l’année à venir», juge l’IISS.Alors que le renforcement des troupes en Irak a été un succès, «les tensions persistent sur le partage du fardeau en Afghanistan», relèvent les auteurs du rapport, soulignant que l’Otan rencontrait «de plus en plus de difficultés à obtenir un consensus sur les objectifs de sa mission en Afghanistan». Le Pentagone a promis jusqu’à 30.000 hommes supplémentaires, soit un quasi-doublement du contingent américain de 36.000 soldats, et Obama devrait faire pression sur ses alliés européens pour qu’ils l’imitent. Mais la Grande-Bretagne, deuxième contingent de la Force internationale d’assistance à la sécurité (Isaf) en Afghanistan avec plus de 8.000 hommes, a prévenu qu’elle n’accepterait d’envoyer des renforts qu’à condition que d’autres pays «partagent le fardeau». En ce qui concerne l’Irak, le rapport estime que le renforcement des troupes initié par l’ancien président américain George W. Bush avait «sans aucun doute fonctionné en réduisant de manière importante le nombre de victimes civiles et en arrêtant la chute sans répit de l’Irak dans la guerre civile». Mais «malgré des améliorations il y a peu de signes... que cette fenêtre d’opportunité (...) ait permis d’effectuer tant de progrès et, du coup, certains se posent la question de la durée de ses effets».L’IISS relève par ailleurs que des éléments d’Al-Qaïda basés le long de la frontière entre le Pakistan et l’Afghanistan, «ont accru leurs activités au Pakistan tout en continuant à soutenir l’insurrection en Afghanistan». Le «Military Balance» estime enfin que la fierté de la Russie dans son armée est «en train d’être rétablie, pas simplement par le biais d’une présence plus importante au niveau international et sa victoire en Géorgie, mais aussi en redorant son blason au niveau national».Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc