×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Fraude Madoff: Santander rembourse ses clients

Par L'Economiste | Edition N°:2953 Le 30/01/2009 | Partager

. Cette offre vise à sauvegarder l’image de la banque espagnole. Un exemple à suivre par les autres banques touchées SANTANDER, première banque espagnole, une des plus touchées au monde par le scandale Madoff, est devenue le premier établissement à proposer à ses clients lésés dans cette affaire un remboursement intégral de leur mise, pour un total de 1,38 milliard d’euros. Un exemple qui reste pour l’instant isolé alors que la pression monte contre d’autres banques, comme UBS ou BBVA, également touchés par cette fraude à l’échelle planétaire. Le groupe espagnol, dont la réputation de prudence avait été écornée, est devenu ainsi la première banque au monde à proposer de restituer leur mise, même s’il paiera en titres et non en liquide ses riches clients particuliers. Le directeur financier de la banque, José Antonio Alvarez, a déclaré au Financial Times que la banque a fait cette offre pour sauvegarder son image. Santander, une des plus importantes banques d’Europe, réputée pour sa solidité, avait été éclaboussée par le scandale de la fraude pyramidale de 50 milliards d’euros du financier américain Bernard Madoff. La mesure annoncée mardi dernier ne s’appliquera pas aux clients institutionnels, a précisé le porte-parole. «Les particuliers sont des clients de longue date de la banque, et nous voulons préserver cette relation, tandis que les investisseurs institutionnels agissent pour d’autres bénéficiaires», a expliqué le porte-parole.Parmi ces clients particuliers figurent plusieurs grandes fortunes espagnoles et de nombreux investisseurs latino-américains, notamment brésiliens, argentins et mexicains, selon les médias.Jusqu’à ce scandale, Santander faisait figure de banque robuste, sans actifs toxiques de type crédit à risque subprime. Elle était une des rares à défier la crise, allant jusqu’à acheter tout ou partie de trois autres banques en difficultés.Les analystes du secteur relevaient que ce scandale avait écorné l’image de la banque, notamment en Amérique latine, un des continents-clés pour son développement. La solution retenue par Santander pour rembourser «consiste en une substitution d’actifs, grâce à laquelle les clients de banque privée échangeront leurs investissements dans Optimal Strategic (le fonds de Santander exposé à la fraude) avec des titres préférentiels du groupe», selon un communiqué de Santander.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc