×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

La Chine première zone d’accueil des investissements

Par L'Economiste | Edition N°:2793 Le 06/06/2008 | Partager

. Avec 42% des investissements directs étrangers, l’Europe reste attractiveLES investisseurs lorgnent de plus en plus vers la Chine et d’autres pays émergents comme la Russie pour leurs projets futurs, même si dans les faits, l’Europe reste la première zone d’accueil des investissements, selon une étude publiée jeudi.La Chine arrive en tête des destinations les plus attractives pour 47% des 834 décideurs internationaux sondés, détrônant pour la première fois l’Europe, selon le baromètre Ernst & Young publié à l’occasion de la conférence sur les investissements internationaux de La Baule (Loire-Atlantique).Elle devance l’Europe orientale et centrale, qui recueille 42% des votes. En troisième position arrive l’Europe de l’ouest (33% des suffrages), suivie par l’Inde (30% des votes). Les Etats-Unis et le Canada partagent la cinquième place avec la Russie (21% des votes).Selon l’étude, c’est cette dernière qui a fait les plus grands progrès, puisqu’elle ne recueillait que 12% des votes en 2007 et 5% en 2006.Les perceptions ne sont toutefois pas encore suivies d’effet, avertit Ernst & Young.En 2007, les investissements directs étrangers (IDE) dans le monde ont progressé de 17,8% pour atteindre le montant record de 1.537 milliards de dollars, selon les derniers chiffres de la Cnuced, cités par le cabinet d’audit.Si «l’intérêt des investisseurs pour les pays émergents est désormais évident», la Chine attire moins de 8% du total des IDE, note-t-il. L’ensemble de l’Europe, de son côté, attire encore 42% des IDE.«La Chine reste la région sous le feu des projecteurs de l’investissement international. Mais le décalage entre la perception et la réalité s’explique par des préoccupations sur les effets de sa croissance hyper rapide et le fait que ce pays ne deviendra la première puissance mondiale qu’à l’horizon 2050», explique Marc Lhermitte, associé chez Ernst & Young.L’Europe, quant à elle, «reste attractive par la diversité et la puissance de son marché intérieur, ses capacités d’innovation et l’existence de secteurs d’activité où des acquisitions sont faisables», poursuit-il. Le nombre de projets d’IDE a augmenté de 15% en 2007 en Europe, détaille l’étude.En nombre d’implantations, c’est le Royaume-Uni qui arrive en tête, suivi par la France et l’Allemagne.Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc