×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Brèves internationales

Par L'Economiste | Edition N°:2793 Le 06/06/2008 | Partager

. OGM: La France menacée d’amendes L’avocat général de la Cour européenne de justice (CEJ) a demandé mercredi 4 juin aux juges de condamner la France à des amendes de plus de 200.000 euros par jour pour n’avoir toujours pas correctement transposé une loi européenne sur les organismes génétiquement modifiés (OGM). En 2004, la Cour avait condamné la France pour n’avoir pas transposé cette directive de 2001 sur le contrôle de la dissémination des OGM dans l’environnement. Faute d’exécution de cet arrêt, la Commission européenne a de nouveau saisi la CEJ et l’avocat général a demandé à la Cour de «juger que la France a manqué à ses obligations communautaires» et de la condamner à 235.764 euros d’amende par jour de retard. . Paris propose un sommet de l’espace en GuyaneLa France a invité ses «partenaires européens» à se réunir les 21 et 22 juillet au centre spatial de Kourou, en Guyane française, à l’occasion de la présidence française de l’Union européenne, a annoncé jeudi 5 juin à Paris la ministre de la Recherche, Valérie Pécresse. Par ailleurs, la ministre a lancé l’idée de la création d’un «Centre européen de recherche sur le changement climatique» pour exploiter toutes les données concernant ce domaine.. FAO/biocarburants: Vers la mise en place d’un système d’évaluationLes 193 pays participant au sommet de la FAO à Rome s’acheminent vers la création d’un «système d’évaluation de l’impact des biocarburants sur la sécurité alimentaire», qui devait être mentionné dans leur déclaration finale jeudi 5 juin, selon des responsables de l’organisation.«Le système d’évalutation que la FAO veut mettre au point se fondera sur les données fournies par les pays qui décideront de mesurer l’impact des biocarburants. La FAO jouera seulement un rôle d’assistance, consistant à consolider ces données», a indiqué jeudi 5 juin à la presse Kieth Wiebe, chargé du développement agricole à la FAO. Il a toutefois précisé que la déclaration finale «ne devait pas contenir d’engagements financiers» concernant la mise en place de ce système d’évaluation, laquelle éviterait à la FAO de trancher cette question épineuse pour le moment.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc