×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

La carte bancaire sur la trace du chèque

Par L'Economiste | Edition N°:2156 Le 23/11/2005 | Partager

. Une caravane à partir du 29 novembre. Les retraits des GAB explosent. Les règlements commerciaux toujours à la traîneAprès le chèque, au tour de la carte bancaire. Bank Al-Maghrib, le Groupement professionnel des banques (GPBM) et le Centre marocain interbancaire (CMI) reprennent leur bâton de pèlerin pour une seconde campagne nationale de vulgarisation. Celle-ci s’étalera du 29 novembre au 22 février 2006 et couvrira les 8 régions du pays.Objectif: mettre en avant les avantages de l’utilisation de ce moyen de paiement en termes de sécurité et de fiabilité par rapport à l’argent liquide. “Cette campagne s’inscrit dans le droit fil de la mission de Bank Al-Maghrib définie par ses nouveaux statuts”, est-il expliqué auprès de la banque centrale. En effet, l’article 10 stipule que l’Institut d’émission prend toute mesure facilitant les transferts de fonds et veille au bon fonctionnement et à la sécurité des systèmes de paiement. Ce qui lui donne un pouvoir légal de surveillance des différents supports. . Interopérabilité des retraitsLa campagne de sensibilisation cible l’ensemble des parties, à savoir le réseau bancaire, les commerçants affiliés au CMI et les porteurs de cartes. “C’est aussi l’occasion pour les banques d’exposer leur stratégie de développement des cartes bancaires en s’appuyant notamment sur l’extension du réseau des guichets automatiques (GAB) et l’interopérabilité des retraits”, précise El Hadi Chaïbanou, directeur général du GPBM. Pour rappel, l’interopérabilité, c’est-à-dire la possibilité de retrait de n’importe quel GAB disponible, est effective depuis juillet 2005 et concerne toutes les banques membres du CMI. Sur ce volet, une campagne d’information du public est également programmée dans les tous prochains jours.Globalement, le marché de la monétique est en forte progression depuis 2000, à un rythme moyen de 18% l’an. Ainsi, le nombre de porteurs de cartes a quasiment doublé depuis le début du millénaire pour dépasser 2,6 millions, à fin septembre 2005. Une performance réalisée grâce à l’extension du parc des GAB. Celui-ci devrait dépasser les 2.000, d’ici la fin de l’année. “Si l’activité monétique se développe à un rythme soutenu, l’utilisation des cartes bancaires domestiques émises par les banques marocaines reste très dominée par les opérations de retrait d’espèces des GAB”, relève Ismaïl Bellali, secrétaire général du CMI. Ainsi, les paiements par cartes domestiques auprès des commerçants ne représentent guère plus de 6% du total des opérations effectuées par cartes bancaires marocaines. Si, à fin septembre, les cartes marocaines ont permis de réaliser au total 41 millions d’opérations pour 29 milliards de DH, elles n’ont donné lieu qu’à 3 millions d’opérations de paiement pour une valeur de 1,7 milliard de DH. “Ce qui prouve que les banques ont réussi à automatiser une bonne partie des opérations de guichet et à décongestionner leurs agences”. Cependant, les opérations de paiement par carte n’ont pas connu le même succès. Cela tient, avant tout, à la réticence des commerçants, encore trop imprégnés de la “culture du liquide”. La campagne de communication devrait mettre l’accent sur les atouts de ce mode de règlement pour convaincre les professionnels de s’équiper en terminaux point de vente (TPE) et surtout de les utiliser.


Commerçants, un peu plus d’audace!

ILS sont plus de 16.000 commerçants à être affiliés au Centre marocain interbancaire (CMI). En contrepartie de leur équipement en TPE (terminal point de vente), ils s’acquittent d’une commission maximale de 4% du chiffre d’affaires. “Pour peu que le commerçant respecte les conditions d’utilisation de la carte, il est sûr d’être payé”, assure un responsable de banque. En effet, le TPE lui permet d’accéder on line au solde du compte client et lui garantit le paiement. En revanche, rien ne le préserve d’un chèque sans provision. Quant à la commission versée au CMI, elle n’est pas dissuasive, estiment les professionnels. De plus, elle est souvent répercutée sur les tarifs appliqués à la clientèle.Mouna Kably

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc