×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

La norme EMV pour limiter la fraude

Par L'Economiste | Edition N°:2156 Le 23/11/2005 | Partager

. En 2006, lancement des premières cartes à puce. Redéploiement en cours des terminauxL’AMALGAME est fréquent chez le grand public. L’utilisation de la carte bancaire est souvent associée aux risques de fraude. Le démantèlement récent d’un réseau international organisé opérant au Maroc n’y est pas étranger. La campagne de communication prévue par la communauté financière devra lever cette ambiguïté. Dans tous les cas, une chose est claire: les fraudes sur les cartes bancaires concernent essentiellement les cartes internationales. Selon Ismaïl Bellali, secrétaire général du Centre marocain interbancaire (CMI), la Gendarmerie nationale de la région de Rabat et la Brigade nationale de la police judiciaire sont venues à bout de ce réseau organisé et ont démantelé complètement ses ramifications à l’étranger. L’affaire remonte à septembre avec l’arrestation de 7 personnes soupçonnées de piratage de cartes et de détournement de 4,6 millions de DH (cf.www.leconomiste.com). Comme pour le blanchiment de l’argent, la recrudescence de la fraude monétique résulte du verrouillage du système bancaire européen. Pour couper l’herbe sous les pieds des fraudeurs, les banques marocaines ont donc tout intérêt à se mettre au diapason en adoptant la norme Europeen Mastercard Visa (EMV). Les cartes magnétiques devront être remplacées par des cartes à puce et les terminaux points de vente placés auprès des commerçants redéployés. «L’avantage majeur est que le client est tenu de taper son code confidentiel sur le terminal pour sécuriser le règlement de la transaction. Dans ce cas, pas de fraudes possibles», est-il expliqué auprès de Bank Al-Maghrib. Le passage à la norme EMV nécessitera un investissement de l’ordre de 12 millions de DH dont le développement d’un logiciel d’une valeur de 3 millions de DH.En outre, le processus de redéploiement des TPE est déjà enclenché. Le remplacement des cartes magnétiques par des cartes à puce sera effectué progressivement à partir du premier trimestre 2006.Ce chantier est donc censé protéger le Maroc des malversations relevées au niveau des cartes émises à l’étranger. Ce risque ne cesse d’augmenter, vu la progression récente du nombre d’opérations de retrait et de règlement effectuées par les MRE et les touristes étrangers. A fin juin, elles totalisaient plus de 2 milliards de DH en devises, réalisant une progression de 18% en une année. A noter, là aussi, la nette prédominance des opérations de retrait dans les GAB (95% du total) par rapport aux règlements des transactions.M. K.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc