×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    La Berd relève ses perspectives de croissance

    Par L'Economiste | Edition N°:3394 Le 29/10/2010 | Partager

    . Les pays d’Asie centrale s’en sortent beaucoup mieux. La reprise économique s’installe progressivement La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd) a relevé, jeudi 28 octobre, ses prévisions de croissance 2010 et 2011. Elles sont portées respectivement à 4,2 et 4,1%, pour sa région qui va de l’Europe centrale à l’Asie centrale. Globalement, les pays de l’Asie centrale s’en sortent beaucoup mieux que ceux de l’Europe de l’Est, a noté la Berd dans ses nouvelles prévisions de croissance publiées à Londres. Parmi les plus dynamiques, la Turquie devrait enregistrer une croissance de 8% en 2010 et le Turkménistan de 11%. A l’inverse, la Roumanie (-2%) ou la Croatie (-1,2%) devraient rester en récession. La Russie devrait se situer un peu au-dessus de la moyenne de la zone, à +4,4% cette année et +4,6% l’an prochain. La Berd, qui est engagée dans 29 pays, a estimé que la reprise économique «s’installe progressivement sur des bases plus solides» dans sa zone. Elle a donc revu à la hausse ses prévisions de croissance datant de juillet, qui passent globalement de 3,5 à 4,2% pour 2010 et de 3,9 à 4,1% pour 2011. La même zone avait subi une récession estimée à 5,5% de sa richesse globale en 2009.Mais malgré une nette reprise, cette région «reste profondément divisée entre les pays qui profitent de la hausse des prix des matières premières et d’investissements, et ceux qui pourraient rester en récession ou ne bénéficier que d’une faible croissance en 2010», note la banque. Selon elle, les pays du sud-est de l’Europe et de l’Europe centrale sont particulièrement fragiles. Elle a relevé que la crise grecque avait été jusque-là «contenue» mais qu’elle pourrait avoir «un effet de contagion» sur certains pays voisins si elle devait s’aggraver.La Berd prévoit la poursuite de la récession pour la Roumanie et la Croatie, mais aussi la Lituanie (-1%) et le Monténégro (-0,6%). Tous devraient toutefois retrouver le chemin de la croissance en 2011. Les taux de croissance dans «l’Europe émergente», selon la dénomination par la Berd de sa zone d’intervention, seront «supérieurs» à ceux de l’Europe occidentale «mais ils resteront inférieurs aux niveaux d’avant la crise». Ils seront aussi «bien plus bas que ceux des autres marchés émergents», note encore la banque. Comme elle le fait régulièrement, la Berd a encouragé les pays de sa zone à accélérer les réformes structurelles pour asseoir la reprise économique. «C’est précisément le moment de faire» de telles réformes, a souligné le chef économiste de la Berd, Erik Berglof. Objectif: accroître la productivité, renforcer les politiques budgétaires et orienter les économies de ces pays vers des modèles de croissance plus équilibrés. F. Z. T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc