×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    L’Espagne sort de la récession

    Par L'Economiste | Edition N°:3428 Le 21/12/2010 | Partager

    . Mais de vastes réformes restent à entreprendre. Le déficit des finances publiques devrait atteindre 9,2% L’ESPAGNE sort lentement de la profonde récession qui a suivi la crise financière mondiale. Mais elle doit désormais adopter de grandes réformes afin d’améliorer les finances publiques et favoriser la création d’emplois, selon la dernière étude économique de l’OCDE (cf. www.oecd.org/eco/etudes/espagne). Le déficit des finances publiques espagnoles devrait atteindre 9,2% cette année, avant de revenir à 6,3% en 2011 et à 4,4% en 2012, selon les prévisions des perspectives économiques de l’OCDE du mois de novembre 2010. Le chômage, qui devrait osciller autour de 20% cette année, diminuera légèrement en 2011 à 19,1%, pour atteindre 17,4% en 2012, selon le rapport. L’OCDE voit la croissance économique gagner du terrain par rapport à la contraction annuelle prévue de 0,2%, avec des prévisions de croissance pour le PIB de 0,9% en 2011 et de 1,8% en 2012. L’étude de l’OCDE reconnaît que l’Espagne a désormais lancé un plan substantiel d’assainissement budgétaire et pris d’importantes mesures. En effet, l’Espagne a récemment annoncé de nouvelles mesures anti-crise, devant la pression des marchés qui craignaient une contagion de la crise irlandaise et réclamaient des gestes forts pour améliorer les finances du pays. Ces mesures devraient permettre de ramener le déficit public du pays de 11,1% du PIB en 2009 à 6% en 2011, estime l’OCDE. L’Espagne devrait réformer son système de retraites, en augmentant l’âge légal du départ à la retraite et en restreignant les subventions pour les retraites anticipées du marché du travail, d’après l’étude. A noter que le ministre espagnol du Travail, Valeriano Gomez, a confirmé, hier lundi, que le gouvernement socialiste allait proposer, dans sa prochaine réforme des retraites, de reculer l’âge du départ de 65 à 67 ans tout en allongeant la période de référence de 15 à 20 ans. La réforme des retraites, réclamée par les marchés et les institutions internationales comme la BCE et le FMI, sera approuvée le 28 janvier en Conseil des ministres.S’agissant de l’assainissement budgétaire, l’OCDE estime que l’Espagne doit envisager de déplacer la charge fiscale pesant sur le travail vers la consommation et l’immobilier. Sur le plan de l’emploi, l’Espagne devrait s’assurer de réduire les droits aux indemnités de licenciement pour les titulaires de contrats à durée indéterminée, au moins pour les nouvelles embauches. Enfin, la formation professionnelle intermédiaire doit être rendue plus accessible aux jeunes.F. Z. T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc