×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Chine: Baisse des rentrées de devises

    Par L'Economiste | Edition N°:3428 Le 21/12/2010 | Partager

    . Signalant un ralentissement des flux de capitaux . Les établissements financiers chinois ont dépensé 36,5 milliards d’eurosEn novembre dernier, le flux de capitaux à destination de la Chine s’est atténué par rapport au quasi record du mois précédent. Un élément qui ne plaide pas en faveur d’un durcissement immédiat de la politique monétaire chinoise, de l’avis des analystes cités par la presse française. Ainsi, les établissements financiers chinois ont dépensé 319,6 milliards de yuans (36,5 milliards d’euros) pour absorber les flux de change vers le pays le mois dernier. C’est ce qu’indiquent les chiffres publiés, hier lundi, par la Banque populaire de Chine. Ce chiffre est en net retrait par rapport aux 519 milliards d’octobre, le troisième montant le plus élevé, depuis la fin des années 90. A noter que les sociétés chinoises doivent vendre la grande majorité de leurs devises à la banque centrale qui les paye en yuans, augmentant ainsi la quantité d’argent en circulation dans l’économie, est-il expliqué. La croissance rapide de la masse monétaire est une des principales composantes de l’inflation en Chine, qui inquiète le gouvernement. La hausse des prix à la consommation a atteint en novembre 5,1% sur un an, son niveau le plus élevé depuis la crise financière. Pékin craint aussi un afflux de capitaux spéculatifs dans l’économie chinoise, où les rendements sont plus attractifs que dans les pays développés. Certains investisseurs misent enfin sur une appréciation du yuan par rapport au dollar, en raison des pressions exercées en ce sens par les partenaires commerciaux de la Chine.De l’avis des experts, la performance en demi-teinte de l’indice de la Bourse de Shanghaï ce mois-ci (+2,6%) et la stabilité du yuan laissent penser que les flux de capitaux pourraient rester stables en décembre par rapport à novembre.Pour atténuer le flot des capitaux entrant dans le pays et maîtriser l’inflation, la Banque populaire de Chine a relevé les taux, le 19 octobre, puis a procédé à trois relèvements du coefficient des réserves obligatoires, ce qui a eu pour effet de geler plus de 1.000 milliards de yuans. La banque centrale laisse entendre, par le biais de ses opérations sur le marché monétaire, qu’elle passera sans doute par les réserves obligatoires plus que par les taux pour resserrer sa politique dans les semaines ou les mois qui viennent, selon les analystes.F. Z. T

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc