×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

L’Egypte nie avoir un programme nucléaire secret

Par L'Economiste | Edition N°:1934 Le 07/01/2005 | Partager

. Elle dénonce une campagne israélo-américaine L’Egypte a vivement récusé le 6 janvier les accusations selon lesquelles elle s’adonnerait secrètement à des expériences pour acquérir l’arme nucléaire.Le ministre des Affaires étrangères, Ahmed Aboul Gheit, a affirmé à la presse que «ces informations n’avaient aucun fondement» et que «l’Egypte respecte le traité de non-prolifération nucléaire qu’elle a signé».Le 5 janvier à Vienne, siège de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), des sources diplomatiques non identifiées ont indiqué que l’AIEA menait depuis l’été dernier une enquête en Egypte sur des expériences nucléaires limitées qui pourraient être liées au développement d’armes nucléaires.Ces expériences porteraient sur la fabrication de métal d’uranium, pouvant servir à du plutonium militaire, et la production de tétrafluorure d’uranium (UF4), une étape à l’enrichissement d’uranium, selon un diplomate.Un autre diplomate a cependant assuré qu’il n’y avait pas eu de production d’uranium enrichi lequel, à des degrés divers, peut servir soit à des fins civiles soit à des fins militaires. «Ces expériences sont minimes et remontent dans l’histoire aux années 1950», a-t-il dit.Ces accusations sont attribuées par l’Egypte à une campagne israélo-américaine contre la réélection du directeur général de l’AIEA, l’Egyptien Mohamed El Baradei.Pour l’agence de presse égyptienne Mena, ces accusations «entrent dans le cadre du refus des Etats-Unis d’une nouvelle candidature d’El Baradei».Washington s’est déclaré opposé à la candidature de El Baradei à un troisième mandat, affirmant que ce type de poste ne devait pas être occupé par la même personne plus de deux mandats consécutifs.Le président Hosni Moubarak avait indiqué dès 1988 qu’il ne «souhaitait pas entrer en compétition avec Israël en matière d’armement nucléaire». Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc