×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Culture

    Khaled, le monstre sacré du Raï à Chefchaouen

    Par L'Economiste | Edition N°:2571 Le 17/07/2007 | Partager

    . La star met le feu au festival Alegria Chamalia. Plus de 50.000 spectateurs venus assister au 1er concertUN monstre de la scène, Cheb Khaled qui n’est plus à présenter n’a pas hésité à faire honneur à sa réputation de mobilisateur des masses. L’artiste qui s’est produit lors de la première des nuits du Festival Alegria Chamalia à Chefchaouen a permis au festival de battre des records d’audience. Selon les organisateurs, pas moins de 50.000 personnes ont assisté au concert qu’il a donné au stade de la ville. Cheb Khaled, celui que l’on qualifie de roi du Raï a brillamment assuré sa prestation avec sa voix riche au large spectre. Khaled n’hésite pas de passer du baryton au soprano, sans perdre la tenue. Des tubes légendaires tels que «Wahran rohi », «Aïcha» ou encore «Abdelkader Bouaalem» font monter la pression au sein du public venu en masse pour y assister. Khaled n’a pas manqué aussi de présenter en avant-première quelques titres de son futur album. Cheb Khaled, dont la prestation sur scène n’est jamais ennuyeuse, traduit la dynamique de ses airs par des «grimaces» et des vocalisations qui font le bonheur de ses fans. Le summum a été atteint lorsque la star qui ne cache pas ses sentiments pour le Maroc s’est enveloppée du drapeau national: une salve d’applaudissements et une flambée de cris de joie a accompagné le geste du chanteur. «Je me considère comme un ambassadeur de la chanson marocaine», a déclaré la star d’origine algérienne à l’issue du concert. «On ne me qualifie pas d’artiste algérien en Europe, mais plutôt de chanteur maghrébin, ce qui ne manque pas de me faire plaisir car cela honore nos pays» a rajouté Khaled. Déjà, avant son arrivée sur scène, la légende et la «khaledmania» avaient précédé l’arrivée du mythe vivant de la chanson Raï. Selon les organisateurs, un club de fans marocains de Khaled aurait fait le déplacement, prêt à tout pour voir la star. Ce serait sans compter avec le sérieux filtrage à l’entrée et l’accès restreint au back-stage.  Les légendes quant à l’arrivée de Khaled fusaient aussi pendant toute la journée du jeudi, les plus folles faisaient état de l’arrivée de la star de l’aéroport de Tanger par hélico afin de lui faire éviter la route sinueuse qui mène à Chaouen. D’autres préféreraient parler du cachet qu’il aurait touché pour les deux heures de spectacle qu’il a assuré. Au- delà des questions matérielles, Khaled préfère se concentrer sur son message aux jeunes et aux moins jeunes. «J’utilise le don qui m’a été octroyé pour chanter l’amour, la liberté et les jeunes d’aujourd’hui ont besoin de ces quelques heures de bonheur», avoue le roi du Raï.  «Mon message aux jeunes est simple: qu’ils soient des citoyens dignes et aient le sens du civisme, qu’ils se prennent en charge sans attendre que l’autorité le fasse», ajoute celui qui a ensorcelé la ville de Chefchaouen.De notre correspondant, Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc