×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Juge et journaliste, l’inséparable couple!

Par L'Economiste | Edition N°:3129 Le 15/10/2009 | Partager

. Entre devoir de réserve et droit d’accès à l’information QUE se passe-t-il lorsqu’un demi-millier de magistrats, venus des cinq coins de la planète, se rassemblent? On discute de sujets sérieux: discrimination et écoutes téléphoniques à titre d’exemple. Ce sont là quelques thématiques du 52e congrès de l’Union internationale des magistrats, qui se tient du 10 au 15 octobre à Marrakech. Les magistrats prennent le temps aussi de se distraire. La journée du mardi a été, en effet, consacrée à une visite de la ville de Casablanca. Cette pause culturelle s’est achevée par un concert de musique classique (voir encadré). Le tout brillamment orchestré. Facile de joindre l’utile à l’agréable? Cela «nous a pris 9 mois d’organisation. Douze personnes polyglottes forment le noyau dur de l’équipe. Sans compter les 4 traducteurs», répond le patron de Blue Event’s, Mohammed Sidki. Un jeune homme qui a fait ses classes de businessman aux Etats-Unis. Son goût prononcé pour les affaires l’a mené dès l’âge de 23 ans à la bourse, la restauration, l’immobilier puis à l’événementiel, sa «grande passion». Retour aux choses sérieuses, mercredi 14 octobre, à partir de dix heures. De fait, le raisonnement juridique a pris le dessus: le contentieux commercial en entrée. Comme plat de résistance, les écoutes téléphoniques. Et en guise de dessert, la discrimination dans le milieu du travail. Sur ce coup-là, les plumes des chroniqueurs judiciaires guetteront les clashs entre juristes, les critiques des lois liberticides et les scoops qui d’ordinaire sont étouffés par le devoir de réserve. Entre juges et journalistes, c’est donc une longue histoire: «la justice ne doit pas seulement être rendue, mais elle doit également donner l’apparence qu’elle l’a été». Comme pour le cannabis, les Pays-Bas ont montré la voie. Des magistrats «porte-parole» ont la responsabilité d’informer les médias, avec précision, sur les tenants et les aboutissants d’un procès pénal. Cela s’appelle le droit d’accès à l’information.


Intermède

LUNDI après-midi, de la gastronomie marocaine et de la musique traditionnelle (melhoun), le soir, un récital de piano avec Chopin, Albanez et Granado… Le tout interprété par Rita Saher, une talentueuse artiste marocaine venue tout droit de France. Elle vous fait oublier, le temps d’un concerto, la figure impassible d’un juge! Une excursion à Casablanca aussi. Mardi 13 octobre, visite guidée à la grande mosquée Hassan II, à la cour d’appel de commerce, à la wilaya… Les gens de droit s’attachent aux institutions. Dans la soirée, l’Amicale Hassania des magistrats, en partenariat avec le groupe Eco-Médias, éditeur de L’Economiste et Assabah, a convié ses invités à une soirée gala animée par l’Orchestre philharmonique du Maroc .Faiçal FAQUIHI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc