×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    INSAF reprend une section de Terre des Hommes

    Par L'Economiste | Edition N°:809 Le 13/07/2000 | Partager

    • Un nouveau siège à Casablanca• Soixante et une filles-mères en détresse se sont déjà adressées à INSAF• L'Association prépare une campagne de sensibilisation à la scolarisation de la filleC'EST avant-hier qu'a eu lieu l'inauguration officielle du nouveau siège de l'Institut National de Solidarité avec les Femmes en Détresse (INSAF). L'Association s'intéresse à la très délicate question de la fille-mère, tabou de la société musulmane.De création récente, INSAF succède à Terre des Hommes après que l'association helvétique ait abandonné, depuis décembre 1999, la section des femmes en détresse.L'objectif d'INSAF, comme précisé par ses responsables, est d'accompagner les filles-mères en vue de leur réintégration sociale. A cet effet, un centre d'accueil et de soutien psychologique est ouvert. Les femmes y sont prises en charge durant la période de détresse «les aidant à se réconcilier avec elles-mêmes«, précise Mme Meriem Othmani, présidente de l'Association.Aujourd'hui, 61 célibataires se sont déjà adressées au centre, dont 17 sont arrivées enceintes. Les statistiques fournies par INSAF démontrent qu'elles sont toutes issues de milieux défavorisés. «80% de ces filles-mères sont d'anciennes «petites bonnes« généralement issues de milieu rural«, indiquent les responsables de l'ONG. Près de 55% d'entre elles sont âgées de moins de 23 ans, analphabètes et sans aucune formation. Aussi, 25 filles (41%) proviennent-elles de Casablanca.Outre le soutien psychique, moral et juridique, ces femmes bénéficient d'une prise en charge matérielle. Celles sans domicile bénéficient d'un hébergement (30 cas). A ceci s'ajoute, outre les soins médicaux, la fourniture de produits alimentaires, d'hygiène, de vêtements et d'argent de poche(1). Les enfants nés sont, quant à eux, placés dans des crèches «à partir de l'âge de deux mois afin de permettre aux mères de travailler sans les abandonner«. Par ailleurs, et pour réussir une intégration effective, une formation professionnelle leur est assurée accompagnée d'un appui pour la recherche d'un emploi.Après moins de six mois d'activité, les résultats sont concluants. INSAF a réussi à «intégrer sept femmes dans la famille avec leurs enfants et six mères ont été placées à Solidarité Féminine(2).La vision stratégique de l'ONG est d'agir en amont de ce fléau. Aussi, une campagne de sensibilisation à la scolarisation de la petite fille, notamment en milieu rural, sera-t-elle lancée au début du mois d'août prochain. Privilégiant l'action de proximité, le relais au niveau des différentes régions sera assuré par les associations locales.Pour le financement de ses actions, INSAF bénéficie d'une ligne financière de Terre des Hommes de 800.000 DH. A cela s'ajoutent les dons en numéraire et en nature. «Les manifestations artistiques organisées au profit de l'association permettent aussi de couvrir une grande partie de nos charges«, est-il précisé.INSAF a ouvert récemment une antenne à Agadir.Loubna Ben ZAIR et Aniss MAGHRI(1) INSAF dispose d'une équipe de 8 permanents. Elle bénéficie aussi de l'appui bénévole d'une équipe médicale pluridisciplinaire (10 médecins) L'ONG travaille en réseau avec les associations à caractère humanitaire.(2) ONG basée à Casablanca active au niveau de la formation et l'emploi de la mère seule

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc