×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Infrastructures: Casablanca veut se protéger contre les inondations

Par L'Economiste | Edition N°:3320 Le 15/07/2010 | Partager

. Un projet approuvé à l’unanimité par les élus . Cinq bassins d’orages à Sbata, Sidi Moumen et Moulay Rachid Il s’agit de projets d’envergure et qui visent à protéger la ville de Casablanca contre les inondations. Des projets qui ont été approuvés à l’unanimité par les élus de la ville lors de la session de juillet, tenue mardi 13 juillet. Pour une fois, la réunion s’est déroulée sans accroc et dans la sérénité. Rappelons que le sujet avait déjà été discuté lors de la session de mai et déjà le consensus autour du projet était là. Ils s’étaient, toutefois, donné un délai afin de constituer une commission qui a instruit sur pièces et sur place les 85 hectares de terrains identifiés pour lesdits projets (cf :www.leconomiste.com). Finalement, les membres de la commission ont rendu leurs conclusions. «Tout est en règle. On n’a constaté aucune inadéquation», indique Mohamed Sajid, le maire. «Notre objectif est de combler les déficits de la ville. C’est notre priorité», explique Mohamed Sajid, maire de la métropole.Au total, quelque 11 projets sont prévus et devraient être réalisés sur une période de 3 ans. Ces derniers nécessitent plus de 2 milliards de DH qui serviront à l’acquisition du foncier (85 hectares) et à la réalisation des infrastructures. Ces dernières sont variées. Elles comprennent des stations de pompages (2), des bassins d’orages (5), une station d’évacuation des eaux usées, un barrage d’eau, une station d’épuration de traitement et un poste de transformation électrique. «Contrairement à l’ouest, relativement équipé, notre effort se concentre sur la mise en place d’équipements de base à l’est de Casablanca. C’est pour être dans l’esprit de l’unité de la ville», affirme le maire. En effet, l’essentiel des ouvrages seront construits dans les arrondissements périphériques : Sbata (2 bassins d’orage), Moulay Rachid (1 Bassin d’orage), Sidi Moumen (2 bassins d’orage), El Bernoussi (station d’évaluation des eaux usées et station d’épuration et de traitement) et Hay Hassani (barrage d’eau), Hay Mohammadi (poste de transformation électrique). Le quartier d’Anfa est aussi concerné par ce programme d’investissement. La ville y prévoit par l’intermédiaire de son délégataire (Lydec), deux stations de pompage sur la route d’Azemmour.Les deux stations de pompage d’Anfa seront réalisées sur un terrain de 500 m2 chacun. Un document de Lydec précise que les deux lots sont des terrains agricoles, non bâtis. Un des lots relève de la propriété privée, le second est un terrain partagé entre la propriété privée de l’Etat, de la société civile immobilière Anassi et d’un particulier. L’acquisition des terrains sera fait à l’amiable entre la commune et les propriétaires. Ceux-ci seront payés au prix fixé par la commission administrative d’évaluation à savoir 2.000 DH/m2. En cas d’échec de la voie amiable, la commune usera purement et simplement de son droit à l’expropriation. Côté technique, la station SP 3 de relevage sera implantée au nord de la voie RS 130 (route d’Azemmour). Le débit à refouler par la station est de l’ordre 650 litres par seconde et la hauteur manométrique totale est de 7 mètres. La station de pompage SP 4 sera, quand à elle, implantée à l’est de la voie RS 130 et permettra de refouler un débit à saturation de 700 litres par seconde avec une hauteur manométrique de 32 mètres. A travers ces deux stations de pompage, Lydec veut transférer les eaux usées de Dar Bouazza vers le réseau d’assainissement de Casablanca. Le coût du projet est estimé à 19 millions de DH, non compris le prix du foncier qui sera débloqué par la ville à travers le Fonds des travaux, une caisse gérée par Lydec pour le compte de la mairie. Une fois les autorisations nécessaires acquises, les travaux vont démarrer et les délais de réalisation ne dépasseront pas 12 mois, selon Lydec.Le quartier de Sbata sera renforcé par deux bassins d’orage afin de lutter contre les pluies torrentielles et les inondations. Un premier bassin sera réalisé sur une superficie d’un peu plus de 2 hectares qui font 6 lots appartenant à des propriétaires privés (particuliers). L’usage des lots est agricole. Le coût prévisionnel du projet est de 12,6 millions de DH, non compris le prix du foncier qui sera acquitté par la ville. Le délégataire estime la réalisation de l’infrastructure sur 10 mois à compter de la date du démarrage des travaux. Le coût de l’autre bassin d’orage prévu à Sbata est estimé à 5 millions de DH pour un délai de mise en oeuvre prévu de 8 mois. Egalement, les terrains sont privés et la ville proposera un arrangement à l’amiable avec les propriétaires. Si les négociations échouent, elle entamera une procédure d’expropriation. Le prix d’indemnisation n’est pas encore fixé par la commission d’évaluation. A Sidi Moumen, il est question de renforcer les infrastructures de lutte contre les inondations par la mise en place de deux bassins d’orage. Ces derniers nécessiteront une superficie d’un peu plus de 7 hectares. L’un des terrains n’est pas enregistré à la conservation foncière, l’autre par contre relève de la propriété privée de l’Etat. Le prix d’acquisition au mètre carré n’est pas, non plus, encore déterminé. Le coût prévisionnel des deux infrastructures avoisine les 40 millions de DH. Pour l’un des projets, le délai de réalisation est de 10 mois, mais le planning n’est pas encore arrêté.


2 milliards de DH à Sidi Bernoussi

A Sidi Bernoussi, le programme d’investissement prévoit la construction d’une station d’évacuation des eaux usées et une autre pour le traitement et l’épuration pour un budget de 104 millions de DH pour la première station et de 2 milliards de DH pour la seconde. La station d’évacuation se fera sur un peu plus de 2 hectares (5 lots) et la station de traitement sur 70 hectares (35 lots). Le prix d’achat est fixé par la commission d’évaluation à 1.500 DH/m2 pour l’ouvrage d’évacuation. Quand à l’infrastructure du traitement, la commission ne s’est pas encore prononcée sur le prix d’acquisition.Ali JAFRY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc