×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    Impôt sur les sociétés
    El Fassi tente de resserrer les rangs

    Par L'Economiste | Edition N°:2663 Le 30/11/2007 | Partager

    . Réunion de la majorité autour des amendements de l’USFP. Les socialistes dévoilent leur position ce vendrediA la veille de l’examen du projet de budget pour 2008 en séance plénière, le Premier ministre a réuni mercredi soir sa majorité pour la première fois après la formation du gouvernement. Autour de Abbas El Fassi et Salah Eddine Mezouar, les patrons du RNI, de l’USFP, du PPS et leurs chefs de groupe parlementaire. Najib Al Ouazzani, chef du groupe «Authenticité et modernité», était également convié à ce tour de table. Ordre du jour: la clarification de la position de l’USFP après son abstention lors du vote en commission du volet fiscal de la loi de Finances pour 2008.A cette occasion, l’USFP a été prié de ne pas présenter ses amendements sur l’IS au cours de la séance plénière pour l’adoption du volet fiscal de la loi de Finances. Le groupe parlementaire socialiste devait se réunir hier jeudi en début de soirée pour décider de la position à prendre. Mais il y a de fortes chances qu’il maintienne le cap en proposant ses amendements sur l’IS en plénière aujourd’hui vendredi. Il est incontestable que c’est une épreuve pour le ministre des Finances. Mais une chose est sûre, cet épisode fait bouger les lignes, en réanimant un Parlement, perçu comme une simple chambre d’enregistrement. Il est à rappeler que les amendements de la majorité, ayant obtenu un accord de principe du gouvernement, ont été acceptés et votés au sein de la commission des Finances et du Développement économique mardi soir. L’USFP a présenté des amendements en commun avec la majorité, et d’autres sur l’IS, mais en solo. Cela n’a pas plu à tout le monde, mais le parti y tient. En effet, il n’est pas d’accord avec la baisse de l’IS qui profite, selon lui, aux grandes entreprises et aux multinationales. Le parti propose de le faire pour l’impôt sur le revenu qui peut bénéficier aux PME-PMI et aux salariés. Sur le registre de l’IS (www.leconomiste com), le groupe de l’USFP propose un package fiscal en trois tranches. La première à 20% pour les entreprises réalisant des bénéfices inférieurs à 1 million de dirhams. La deuxième de 30% est destinée à celles dont les bénéfices se situent entre 1 et 5 millions de dirhams. Quant à la dernière tranche, elle est de 35% pour les bénéfices supérieurs à 5 millions de dirhams. Le parti n’est pas non plus d’accord sur la baisse de l’IS des banques, des établissements de crédits et des compagnies d’assurances et de réassurances que le gouvernement compte faire passer de 39,6% à 37% en 2008 et à 35% en 2009. L’USFP propose de maintenir les 39,6% actuels. Mohamed CHAOUI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc