×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Hépatite C: La colère des médecins

Par L'Economiste | Edition N°:1140 Le 09/11/2001 | Partager

. L'Arabie saoudite a instauré une obligation de dépistage pour les personnes qui se rendent à la Omra. Des médecins dénoncent des ententes directes entre agences de voyages et laboratoires. Le Ministère de la Santé adopte un profil bas «C'est inconcevable, discriminatoire… voire antidéontologique». Les réactions face à la nouvelle directive des autorités saoudiennes visant les pèlerins marocains pour la Omra ne se sont pas faites attendre. L'Arabie saoudite exige des tests de dépistage de l'hépatite C. Contacté par L'Economiste, un haut responsable de l'Ambassade d'Arabie saoudite souligne “que le Maroc n'est pas l'unique pays visé par cette mesure”. Et d'ajouter “qu'elle se base sur les rapports de l'Organisation Mondiale de la Santé sur la prévalence des maladies dans différentes régions du monde”. Autrement dit, l'état des lieux en matière d'hépatite C au Maroc serait alarmant. Chose qui reste difficile à vérifier. Les chiffres sur la prévalence de cette maladie n'ont pu être communiqués à L'Economiste puisque le responsable du Département de l'Epidémiologie de la Santé était injoignable hier jeudi 8 novembre. Outre le tollé soulevé, cette mesure est aussi à l'origine d'une bataille entre les médecins et les agences de voyages. Selon des médecins, ces dernières ont pour la plupart d'entre elles passé des accords directs avec des laboratoires d'analyses “pour y diriger le maximum de clients pour le dépistage”. Certains vont jusqu'à parler d'ententes individuelles sur les tarifs. Ainsi, le dépistage de l'hépatite C, dont le prix varie entre 300 et 500 DH en temps normal est descendu à 200 DH et même à 150 DH pour les personnes qui s'apprêtent à effectuer la Omra. Autrement dit, la concurrence entre les laboratoires est assez rude pour se partager un marché peu important d'environ 1,4 million de DH(1), qui pourraient être générés par cette nouvelle disposition (selon les estimations, seules 7.000 personnes sont attendues pour la Omra de ce mois de Ramadan). Certains médecins estiment aussi que les agences de voyages se sont substituées aux médecins puisqu'elles sont devenues les nouveaux prescripteurs d'analyses médicales. Cette mesure, qualifiée d'invraisemblable par les professionnels de la santé, aurait dû, selon eux, provoquer des réactions de la part des autorités marocaines. Mais le Ministère de la Santé a gardé un profil bas et ce, même si cette nouvelle disposition imposée par les Saoudiens est jugée contraire à l'éthique professionnelle. “En affichant les résultats des analyses sur les fiches délivrées par les agences de voyage c'est le principe fondamental du respect du secret professionnel qui est bafoué”, déclare à L'Economiste Saâd Benmansour, président de l'Alliance Nationale Médicale et de Santé Libérale. Selon lui, l'hépatite C est une maladie dont la transmission ne s'effectue que par voie sanguine et le risque de toute contamination par le toucher n'existe pas. Ainsi, même à biologie positive, le porteur de l'hépatite C peut effectuer le pèlerinage, avance le praticien.Khadija MASMOUDI(1) Cette estimation a été obtenue en multipliant le nombre de pèlerins attendus cette année pour la Omra par le prix du dépistage (7.000 x 200 DH)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc