×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Hausse des carburants
    Des aides aux agriculteurs et aux transporteurs à l’étude

    Par L'Economiste | Edition N°:2353 Le 04/09/2006 | Partager

    . L’indexation automatique pour l’essence super, le super sans plomb, le gasoil 350 et le fuel industrielAPRÈS des mois d’hésitations, le gouvernement a fini par trancher: augmentation des prix des produits pétroliers et retour au système d’indexation. Ce système s’appliquera à l’essence super, au super sans plomb, au gasoil 350 et au fuel industriel. Il consiste à répercuter sur les prix de vente intérieurs les fluctuations des prix internationaux à la hausse tout comme à la baisse. Rien à voir avec ce qui s’appliquait dans les années 1990. Seul le gasoil normal qui représente 45% de la consommation en produits pétroliers échappe à cette «vérité des prix». Les augmentations sur ce produit seront limitées et le reliquat pris en charge par l’Etat. D’ailleurs, la hausse qui devait lui être appliquée est de 1,22 dirham par litre mais seuls 52 centimes ont été répercutés. Pour le reste, l’application du système d’indexation s’est traduite par une augmentation de 56 centimes par litre pour l’essence super, 59 centimes pour le gasoil 350 et 67 dirhams la tonne pour le fuel industriel. Le prix du gaz butane n’a pas connu de changement. Il continuera à être subventionné à hauteur de 50 dirhams la bouteille de 12 kg et de 13 dirhams la bouteille de 3 kg. Ce qui représente près de 125% du prix de vente. Des mesures d’accompagnement au transport et à l’agriculture seront déclinées dès aujourd’hui aux professionnels. Une réunion est prévue ce lundi après-midi au ministère du transport. Pour le secteur du transport, tout un programme sera mis en place. Il vise le transport urbain ainsi que celui des marchandises. Parmi les mesures envisagées, et qui revenaient à chaque préparation du projet de la loi de Finances, est celle d’un gasoil professionnel. L’on parle aussi de contribution de l’Etat pour le renouvellement du parc (taxi et bus) pour les opérateurs de transport urbain. Pour l’agriculture, des dispositions sont également prévues, sous forme d’aides indirectes aux agriculteurs. C’est le cas de la mise en place d’un taux d’intérêt sur les emprunts inférieurs à ce qui est en vigueur actuellement. Des sources proches du dossier avancent que «ce taux d’intérêt sera ramené à 5%». L’Etat pourrait également augmenter de 20% sa contribution dans la mise en place des systèmes d’irrigation. Celle-ci passerait à 60% contre 40% actuellement. La baisse des prix des semences et engrais est également au menu. Les prix en vigueur actuellement sont jugés trop élevés. La solution serait le développement par l’OCP d’une filiale locale. Objectif : mettre à la disposition des agriculteurs des engrais à des tarifs inférieurs de 30% aux prix en vigueur actuellement. (Voir aussi notre page DBS). K. M.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc