×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Mise au point

    Scandale à L'Education Nationale: Le Ministère veut-il étouffer l'affaire?
    Par L'Economiste | Edition N°:666 Le 23/12/1999 | Partager

    Le Ministère de l'Education Nationale, par un communiqué diffusé par l'agence de presse MAP (mais à ce jour toujours pas reçu par L'Economiste, qui a pourtant publié l'article contesté par le MEN), "a démenti catégoriquement l'existence d'un nouveau détournement dans le budget des projets de coopération avec le Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP)". Le communiqué indique que "les détournements dans le budget en question remontent à 1996. Le dossier de cette affaire a immédiatement été soumis à la justice après les résultats de l'audit effectué par la Cour des Comptes sur les projets de coopération avec le FNUAP. Un fonctionnaire du Ministère et un employé de banque ont été poursuivis dans le cadre de cette affaire sous les chefs d'accusation de détournement de deniers publics, faux et usage de faux. La Cour Spéciale de Justice a tenu plusieurs séances relatives à cette affaire depuis le mois de juillet dernier. Le Ministère exprime son étonnement de voir le quotidien en question qualifier ce dossier, entre les mains de la justice depuis déjà deux ans, de nouveau scandale au Ministère de l'Education Nationale, faisant fi des règles de l'éthique journalistique préconisant l'investigation et la précision avant la diffusion de toute information".

    NDLR:
    Est-il permis de rappeler au Ministère de l'Education Nationale, en principe chargé d'enseigner les langues aux enfants, que le mot "nouveau" s'emploie en français dans plusieurs sens? En particulier, il a le sens de "un autre", utilisé aussi fréquemment que celui de "neuf". Une lecture plus attentive et moins irritée de l'article aurait permis à l'auteur de la présente mise au point de ne pas commettre ce contresens. Un peu plus de sang froid lui aurait aussi évité de bâtir sur son incompréhension sa belle leçon de déontologie.
    Que le Ministère soit irrité de ce scandale, cela se conçoit aisément. Qu'il cherche à intimider les journalistes qui font leur travail, de manière à ce que l'affaire soit traitée le plus silencieusement possible, c'est un autre problème qui en dit long sur ses conceptions de la transparence et de la démocratie.
    Enfin, et d'une manière plus générale, il va falloir moderniser les réflexes politiques. Lorsqu'une administration découvre qu'un de ses fonctionnaires a détourné de l'argent et présente l'accusé à la justice, c'est tout à l'honneur de cette administration. Il faut arrêter de raisonner à l'envers et arrêter de vouloir étouffer les scandales.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc