×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Enquête de L'Economiste: 66% des Marocains en faveur de Youssoufi

    Par L'Economiste | Edition N°:666 Le 23/12/1999 | Partager

    · Les meilleurs scores du Premier ministre sont chez les femmes, les moins de 40 ans et bien sûr dans les villes du Nord
    · Les plus fortes oppositions sont dans les deux capitales, Casablanca et Rabat

    Si M. Youssoufi a du vague à l'âme, vu les misères que lui fait le monde politique, il devra cependant considérer, avant de penser à rendre son tablier, que 66% des Marocains trouvent que sa politique est valable pour passer au prochain siècle. Comme l'échantillon est important (500 personnes) à travers l'ensemble du pays, ce résultat est important pour la vie politique nationale, au moins autant que les agitations du microcosme de Rabat.
    C'est d'ailleurs à Rabat que le Premier ministre fait l'un de ses plus mauvais scores. Mauvais score qui est tout relatif, car 57% des R'batis trouvent sa politique bonne pour aborder la prochaine décennie.
    On ne surprendra personne en disant que c'est dans les villes du Nord, Tanger (73%) et Tétouan (80%), que M. Youssoufi est le plus soutenu: le Premier ministre est né dans le Nord.
    L'enquête de L'Economiste, réalisée par Telemark System, montre que c'est dans les deux capitales, l'économique et la politique, que l'opposition au Premier ministre est la plus forte: 27% d'opinions défavorables à Casablanca et 20% à Rabat, mais cela reste une opposition minoritaire.
    Ce sont aussi les deux villes qui ont été les plus intéressées par la question, c'est-à-dire les villes où il y a le moins de personnes qui ne répondent pas ou qui répondent qu'elles ne savent pas.
    Malgré son propre âge, c'est aux yeux des moins de 40 ans que M. Youssoufi trouve le plus de supporters. Ils sont 69% des moins de 40 ans à penser que sa politique est bonne, contre 18% qui ne l'apprécient pas. Chez les aînées, les plus de 40 ans, le Premier ministre aussi trouve une majorité de supporters, à 66%, ce qui n'est pas une très grande différence avec les plus jeunes.
    En revanche, les opposants à M. Youssoufi sont 21% chez les plus de 40 ans. Les autres, soit 13%, ne savent pas ou ne se prononcent pas, ce qui est la même proportion d'indécis que chez les moins de 40 ans.


    Les femmes aiment Youssoufi


    Si l'on classe par sexe les opinions sur le Premier ministre, son score chez les hommes est, à quelques décimales près, celui de l'ensemble de l'échantillon.
    En revanche, M. Youssoufi est assez nettement plus apprécié chez les femmes. D'une part, les opinions favorables féminines montent à 68% (contre 66% chez les hommes) et d'autre part, il rencontre moins d'opposition chez les femmes que chez les hommes. Elles ne sont que 15% à trouver que la politique du Premier ministre n'est pas valable pour passer au prochain siècle. Chez les hommes, il rencontre 20% d'opposants. 17% des femmes et 14% des hommes ne répondent pas à la question ou bien disent qu'ils ne savent pas.

    Nadia SALAH


    Fiche technique


    L'enquête de Telemark System pour le compte de L'Economiste a été réalisée par téléphone du 29 novembre au 6 décembre 1999. 500 questionnaires complets et valides ont été retenus. L'échantillon est réparti sur seize villes: Casablanca (150 personnes), Rabat (45 personnes), Tanger, Meknès, Marrakech, Fès (30 personnes dans chacune de ces quatre villes), Tétouan, Oujda, Kénitra, El Jadida, Agadir (20 personnes dans chacune), Settat, Laâyoune, Khémisset, Essaouira et Béni-Mellal (17 personnes dans chacune). L'échantillon est constitué à 54% de cadres ou assimilés, de 37% de professions libérales et de 9% de femmes au foyer. 25% des interviewés sont des femmes. 14% des interviewés sont des adultes de moins de 30 ans, 37% ont entre 30 et 40 ans, 36% ont entre 40 et 50 ans, 11% ont plus de 50 ans.
    En dehors des 500 questionnaires valides, 11 ont été arrêtés en cours de route (trop longs, pas le temps...). 48 personnes ont refusé de répondre et 23 autres ont indiqué que le questionnaire n'avait pas d'intérêt.
    Comme d'ordinaire dans les enquêtes de L'Economiste, les enquêteurs sont bien accueillis et les interviewés se disent généralement satisfaits de participer à une enquête du quotidien, qu'ils connaissent et auquel ils sont fidèles. Les interviewés demandent très fréquemment quand l'enquête va paraître.


    Le hasard, Dieu et mauvais génie des politiques


    Un adage veut que "le hasard soit Dieu (ou le mauvais génie) des policiers et des journalistes. Cet adage dit que c'est le hasard qui fait qu'une enquête réussisse ou patine.
    Mais ce hasard va sans doute aussi devenir le dieu ou le mauvais génie de la conjoncture politique actuelle, à savoir M. Youssoufi doit partir ou doit rester.
    Il y a fort à parier que les hommes politiques et les polémistes vont s'emparer des résultats de l'enquête de L'Economiste pour les commenter chacun à son goût. Pour leur éviter le plus gros des erreurs, précisons donc à leur intention:
    1) que les questions et l'enquête ont été réalisées du 29 novembre au 6 décembre, c'est-à-dire avant que surgissent des difficultés politiques actuelles.
    Les questions n'ont donc pas été posées dans le but de trancher dans la polémique politique actuelle;
    2) que les présents résultats rendus publics par L'Economiste font partie d'un ensemble beaucoup plus vaste qui, lui, sera rendu public dans un supplément, le Millenium;
    3) que l'ensemble plus vaste n'a pas pour objectif de mesurer la popularité de M. Youssoufi ou les préférences politiques des gens, mais de savoir comment ils voient le 3ème millénaire qui va commencer et ce qu'ils vont faire pour mieux l'aborder.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc