×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Ghellab: «Avec Logi.ma, un nouveau secteur est né»

    Par L'Economiste | Edition N°:2165 Le 06/12/2005 | Partager

    . Grand succès de la 1re édition du salon de la chaîne logistique. Le nombre des exposants triplerait lors de la prochaine éditionClôturé par Karim Ghellab, ministre de l’Equipement et du Transport, samedi 3 décembre, Logi.ma, le 1er salon de la chaîne logistique, a tenu toutes ses promesses. «L’affluence des visiteurs a dépassé toutes nos espérances. La preuve en est la satisfaction remarquée auprès de tous les exposants et les visiteurs. Cela confirme l’avenir prometteur de ce secteur au Maroc», affirme Abdelali Berrada, président du salon. Les professionnels ont profité de cette occasion pour nouer un grand nombre de contacts que ce soit entre eux, représentants des différents métiers de la chaîne logistique, ou bien avec les entreprises désirant externaliser cette fonction (voir aussi page 8).Le moment fort de la clôture du salon était, sans doute, l’allocution de Karim Ghellab qui s’est dit enthousiaste à l’idée d’organiser un salon dédié à la logistique au Maroc. «Nous assistons à la naissance d’un nouveau secteur qui incorpore tous les métiers de la logistique», affirme-t-il, rappelant l’importance de ce nouveau secteur dans le contexte d’ouverture et la voie du libre-échange qu’a entrepris le Maroc. Le ministre a également mis le point sur l’élargissement du spectre des métiers impliqués dans la chaîne logistique. «Les professionnels de ces métiers doivent, désormais, développer leurs prestations de façon à se conformer aux nouvelles donnes du secteur», ajoute-t-il. Intervenant au sujet du rôle des pouvoirs publics dans l’appui au développement de ce secteur, le ministre a rappelé les chantiers majeurs menés actuellement au Maroc en matières d’infrastructures logistiques. Il s’agit notamment du programme autoroutier et du port Tanger Med qui deviendra «un nœud logistique au carrefour des routes de la Méditerranée». Ghellab s’est également attardé sur l’explication des réformes relatives à la libéralisation des transports routier, maritime et aérien, sans oublier la restructuration du système de gestion portuaire. Le ministre a rappelé les efforts du ministère en matière d’analyse et de prospection du secteur de la logistique. Notamment à travers l’étude menée conjointement avec la Banque Mondiale et qui a permis de lever le voile sur la réalité de la logistique au Maroc. «Le coût de la logistique représente encore 20% du PIB national. Un chiffre très loin des performances de certains pays à économie transitoire où il ne dépasse pas les 15%», explique-t-il. Au terme de son intervention, le ministre n’a pas manqué de signaler le retard d’un grand nombre de logisticiens qui manquent toujours d’initiative pour déployer leurs investissements. Le succès imminent de la première édition a convaincu la totalité des exposants de l’intérêt à réitérer de cet événement. «Non seulement les exposants affirment leur présence au prochain salon, mais ils y réservent dorénavant leurs emplacements», affirme Berrada qui n’hésite pas à annoncer que le nombre d’exposants triplera lors de la prochaine édition. Rendez-vous est pris donc pour l’année prochaine pour un salon de plus grande envergure avec probablement des professionnels étrangers intéressés par l’essor de la chaîne logistique au Maroc. Nouaim SQALLI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc