×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Affaires

    Excel Maroc déjà en avance sur sa feuille de route

    Par L'Economiste | Edition N°:2165 Le 06/12/2005 | Partager

    . Le logisticien britannique profite de la vague d’externalisation dans l’agroalimentaire Comme jadis en Europe, c’est le développement de la distribution moderne qui stimule le marché des services logistiques au Maroc. A cela, il faut ajouter, pour le cas marocain, la présence des filiales des multinationales qui dupliquent les pratiques-groupe en externalisant tout ou partie de leur logistique. Exel, numéro un mondial, est en pôle position aujourd’hui sur le marché des prestations logistiques avec une concurrence (Géodis, Gefco, etc) qui n’a pas dit son dernier mot. Dans la distribution, la société a contracté, avec les enseignes les plus représentatives du marché, deux enseignes «historiques» du secteur. Pour ses enseignes, Exel assure l’entreposage des marchandises, la préparation des commandes et la livraison aux vingt-et-un magasins de la chaîne à partir de son entrepôt casablancais de 7.500 mètres carrés, la gestion des approvisionnements reste encore pilotée par l’enseigne. A l’intérieur de Casablanca, les livraisons se font tous les deux jours et, en dehors de la métropole, les magasins sont livrés trois fois par semaine. Le programme général d’approvisionnement par produit est établi par les équipes de l’enseigne qui le transmettent à son prestataire pour exécution. La réduction du nombre des livraisons est non seulement une source d’économie mais aussi de réduction de pollution (au sens large) du voisinage. Imaginez le désagrément que peuvent endurer les résidents mitoyens du magasin face à un défilé constant de camions chargés. En externalisant, la priorité absolue de nos clients est la réduction des coûts via la mutualisation des flux, affirme Laetitia Banzet, directrice générale et des opérations d’Exel Maroc. La centralisation des approvisionnements et la mutualisation des livraisons induisent des gains économiques pour la chaîne de distribution. Chaque point de vente reçoit simultanément l’ensemble des produits référencés dans ses rayons plutôt que de gérer l’alignement des camions d’une multitude de fournisseurs à l’entrée du magasin. L’acheminement des marchandises dans tout le réseau implique un système de transport efficace et structuré. Le transport est un facteur vital pour une chaîne de magasins alimentaires qui fait de la disponibilité du produit une priorité absolue. En amont, le logisticien a d’abord travaillé sur la configuration du parc des véhicules pour son client avant de concevoir un cahier des charges drastique. On ne livre pas de la même manière les centres urbains et les zones rurales. Dans le premier cas, on utilisera plutôt des petits véhicules capables de gérer les contraintes spatiales alors que des camions de gros gabarit sont adaptés à la livraison des magasins situés dans les zones rurales. L’optimisation du rapport coût/service est une préoccupation constante. Le cahier des charges auquel doivent se conformer les transporteurs impose des standards du groupe: respect strict de la réglementation sociale et fiscale, législation du transport routier. «Un prestataire qui ne déclare pas ses chauffeurs ou qui se passe d’assurances sociales est disqualifié d’office dans notre référencement», insiste Laetitia Banzet.


    Doublement de capacité d’entreposage

    Exel, filiale du leader mondial de la logistique, l’est déjà aussi au Maroc. Dans son portefeuille, la firme aligne les grands noms de l’industrie marocaine, en plus de la grande distribution. Exel Maroc a signé un contrat d’une durée de cinq ans avec l’un des leaders de la production de boissons. Exel assure le transport des produits des usines aux dépôts du groupe pour ensuite passer à la gestion des entrepôts. Les deux parties vont aussi s’associer dans le développement des plates-formes moyennes d’éclatement à Agadir et Oujda. Pour ces régions, la filiale marocaine du géant mondial de la logistique aimerait y développer le concept de plates-formes multi-clients qui recèle de grosses opportunités en matière de mutualisation des flux. Le logisticien gère l’entrepôt central (en bout de la chaîne de production) pour le leader de sucre au Maroc. L’entrepôt de 11.000 mètres carrés se trouve sur le site industriel casablancais du groupe sucrier. Exel s’occupera des stocks et de la préparation des commandes. Sur tout le Maroc, le logisticien gère une capacité de 17.000 mètres carrés de surface entreposable qu’il envisage de doubler dès l’année prochaine.


    Palette vs livraison en vrac

    L’unité de compte dans la logistique est la palette. Or, l’industrie marocaine livre majoritairement les points de distribution en vrac par des véhicules souvent de petite taille. Pour le prestataire logistique, c’est une contrainte et des coûts additionnels, car il faut reconditionner les produits sur les palettes. Mais avant d’imposer la généralisation de ce type d’emballage, Exel et son partenaire parient sur la pédagogie. Le changement brusque signifie un parc de palettes normalisées, un recours aux gros camions, une perspective qui n’est pas toujours facile à faire accepter en égard à la résistance aux changements. Par la capacité de chargement, la palette est pourtant une solution d’économie pour le fournisseur. Au lieu de faire plusieurs rotations vers le magasin -et donc un coût de transport élevé- le fournisseur n’a plus qu’à converger en une seule fois à l’entrepôt central des approvisionnements de la chaîne. Les gains découlant de cette réorganisation sont en général partagés entre les enseignes de distribution et les fournisseurs. La généralisation des palettes devrait se réaliser dans deux à trois mois et, en attendant, il faut adapter l’organisation de l’entrepôt aux circonstances actuelles.Abashi SHAMAMBA

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc