×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Gestion Portuaire : L'EDI bientôt généralisé

Par L'Economiste | Edition N°:948 Le 01/02/2001 | Partager

. Après la RAM, Comarship, Comarine et d'autres, la Comanav a récemment rallié le clan des bénéficiaires de ce systèmeDeux ans après sa mise en place, le système d'Echange de Données Informatisées (EDI) est, selon ses précurseurs, bel et bien rôdé. Initiée par l'Administration de la Douane et des Impôts Indirects, en collaboration avec l'ODEP et Global Network Systems, cette technologie, est en phase d'être généralisée dans les autres points douaniers (Agadir, Tanger, Nador...). Un séminaire a été, d'ailleurs, organisé par le Conseil National du Commerce Extérieur, mardi dernier, en vue de sensibiliser les agents maritimes à ce système. Cette technologie, dont les atouts ne sont plus à vanter, consiste, pour plusieurs intervenants, à s'échanger d'ordinateur à ordinateur des documents dans un format électronique standardisé. En dépit du nombre important des intervenants à ce niveau, ce système permet de traiter l'information comme un tout, indépendamment des spécificités du système de chaque intervenant. Même les incompatibilités de langages informatiques se trouvent réduites à néant. Certes, cela nécessite tout un travail d'identification et normalisation de documents, mais les enjeux sont importants«, explique M. Abdelaziz Sary, chef du Service informatique à la Comarine. L'intégration des systèmes d'information va permettre en effet de traiter la même base d'informations et observer les règles de gestion de manière à limiter les interruptions des opérations au niveau des différents systèmes. La rupture des procédures engendre au niveau de chaque opérateur des traitements de contrôle et de ressaisie, voire d'instance de décision, ce qui alourdit les procédures. «Dans un premier temps, nous avons opté pour l'utilisation de l'EDI pour le manifeste, d'autant que ce dernier se prête mieux à l'application de cette technologie«, précise-t-on du côté de l'ADII. Pour la déclaration, ce ne sera pas aussi simple puisqu'elle nécessite un contrôle. Rappelons que la mise en place de ce système a nécessité 5 années de préparatifs, avec un coût global qui avoisine les 200 millions de DH, d'après les responsables.F. T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc